Népal : une école de laborantins pour l'Hôpital de Tansen

lundi 16 mars 2015

A la demande de l'Hôpital népalais de Tansen, Marianne Brocqueville a conduit la création d'une école de laborantins. Ce projet, soutenu entre autres par le Service de missions et d'entraide (SME) de la FREE, est bientôt terminé. Utile au Népal, il a enthousiasmé les membres de la Commission Asie qui l'ont accompagné depuis la Suisse.

« J'aime mon métier et le Népal ! » s'est exclamée Marianne Brocqueville lors de l'inauguration de l'école de laborantins rattachée à l'Hôpital népalais de Tansen. Cette ville de 30'000 habitants, située au centre du Népal, à 300 kilomètres à l'ouest de Katmandu, possède un hôpital de 165 lits qui accueille quotidiennement quelque 350 patients.

L'inauguration qui a eu lieu le 28 octobre 2014 marque le quasi-aboutissement d'un projet qui a démarré voilà plus de deux ans. En 2012, Marianne Brocqueville était en congé de formation en Suisse. A cette époque, elle a été contactée par l’Hôpital de Tansen. Celui-ci faisait appel à ses compétences en vue de l'ouverture d'une école de laborantins.

Un projet conduit par le Service de missions et d'entraide

« Le projet a été décidé en six mois, précise Laurence Haller, la présidente de la Commission Asie rattachée au Service de missions et d'entraide (SME) et à la FREE. Nous avons travaillé avec Marianne, le SME, la Direction du développement et de la coopération (DDC), ainsi que Interaction (1). Il s'agissait de construire un bâtiment, de l'aménager et de travailler à la promotion de l'école de laborantins. » Devisé à quelque 330'000 francs sur trois ans, le projet est financé de manière dégressive par la DDC, Interaction et le SME. En parallèle, une partie croissante du financement est assurée localement.

En 2013, Marianne Brocqueville s'est rendue au Népal en qualité de cheffe de ce projet. Elle connaissait déjà l'Hôpital de Tansen pour y avoir développé un label de qualité concernant la pratique des analyses.

Désormais, l'école de laborantins est prête à accueillir ses premiers étudiants. Il ne manque plus qu'une dernière autorisation de la part du gouvernement. « La procédure prend plus de temps que prévu parce que le projet arrive dans une période d'incertitudes et des remaniements au niveau politique et ministériel », souligne Laurence Haller.

La valeur d'une visite

Lors de l'inauguration, une délégation était venue de Suisse. Anne Saugy représentait le SME et Laurence Haller la Commission Asie. Deux laborantines qui fréquentent la Chapelle de Clarens (FREE) étaient également du voyage, heureuses de voir comment leur métier pouvait s'inscrire dans un projet de développement. Enfin, le pasteur Reto Gmünder, envoyé par Unité, était présent en tant que référent pour l’analyse institutionnelle du SME. Il est chargé d'évaluer régulièrement le fonctionnement et le travail de l’œuvre d'entraide de la FREE.

Quant au laboratoire de l'hôpital, il est dirigé par Sabina Tiwari (2), une Népalaise de 46 ans qui connaît Marianne Brocqueville depuis de nombreuses années. Licenciée en sciences de l'Université de Katmandou, cette maman, veuve, est venue s'établir à Tansen pour son travail. La découverte, il y a peu de temps, de la foi chrétienne fait également partie de son parcours.

Claude-Alain Baehler

Notes

(1) Interaction (www.interaction-schweiz.ch) est une association composée de missions, d’œuvres d’entraide et d’organisations évangéliques qui s’engagent dans la coopération au développement, l’aide humanitaire et la politique de développement.

(2) Une partie de l'histoire de Sabina Tiwari est racontée dans le livre de Gabrielle Desarzens, Parole aux pauvres, 27 belles histoires pour raconter l'aide au développement, Genève, StopPauvreté.2015, 2008, p. 57-61.

 

  • Encadré 1:

    Le 28 octobre, elles étaient à l'inauguration

    Laurence Haller, présidente de la Commission Asie du SME et de la FREE, ainsi que Francine Guex et Joanne Wyss, deux laborantines qui fréquentent la Chapelle de Clarens (FREE), faisaient partie de la délégation venue de Suisse à l'inauguration de l'école de laborantins de l'Hôpital de Tansen. Elles rentrent enthousiastes et fortifiées de leur voyage.

    « C'était un rêve, se souvient Francine Guex, laborantine au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). Ce voyage m'a changée jusque dans mon échelle des valeurs. Je me réjouis de prendre la responsabilité du groupe mission de mon Eglise. » Joanne Wyss, qui vient de terminer sa formation de laborantine, se réjouit également : « C'était super de voir la mission en vrai ! A mon retour, j'ai décidé d'apporter une contribution à un projet d'orphelinat de Marianne Broqueville. Je traduis la lettre de nouvelles. »

    Quant à Laurence Haller, elle jubile : « Je me rends compte que j'ai un cœur pour l'Asie. Ce voyage a renforcé mon désir de développer encore plus les liens entre les Eglises d'envoi et les envoyés. J'ai eu le privilège de visiter Edith Tellenbach en Mongolie et Marianne Broqueville au Népal. J'aimerais aussi rencontrer nos envoyés au Laos. » La présidente de la Commission Asie voit ces visites comme des temps d'échange irremplaçables. Elle précise : « Nous découvrons des richesses incroyables et nous pouvons apporter aux envoyés – en plus du chocolat et du fromage – un encouragement dans leur travail, une reconnaissance de la valeur de ce qu'ils font et une confirmation de leur appel ».

  • Encadré 2:

    Sites web

    Le Service de missions et d'entraide (SME).

    The United Mission Hospital Tansen.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Il était une foi des sages [1]

    Ven 12 juillet 2024

    Combien de fois, en croisant une personne ou en discutant avec elle, vous êtes-vous posé la question : « Je me demande comment elle était quand elle était petite ? » Mais notre pudeur toute suisse nous empêche de poser des questions. Il ne faudrait quand même pas déranger avec nos questions, n’est-ce pas ?

    Marie Ray, dans ce podcast, est allée interviewer des sages, à propos de leur enfance, de leur adolescence et de leur foi. Le résultat ? Un récit de vie à deux voix qui vous plonge dans l’histoire insoupçonnée d’un sage inspirant. Venez donc chaque semaine retrouver Antoine, Pierre-André, Vreni, Cécile et les autres.

  • Concours de la FREE : Quatre bourses d’études ont été attribuées

    Ven 12 juillet 2024

    Début 2024, par le biais de son journal VIVRE, la FREE a lancé un concours pour encourager des chrétiennes et chrétiens, jeunes ou moins jeunes, à entrer dans leur vocation. Les quatre gagnants, trois garçons et une fille dans la vingtaine, sont aujourd'hui connus. Chacune et chacun recevra une bourse de formation en vue de ses études à la HET-PRO ou à la Start Up Ministries.

  • France: Une enquête sur l'éducation sexuelle auprès des jeunes évangéliques

    Ven 05 juillet 2024

    Quels sont les besoins en matière d’éducation sexuelle des jeunes évangéliques ? Quels sont les apports et les manques de l’enseignement des Églises dans ce domaine ? C’est sur ces questions que s’est penchée l’enquête « Éducation sexuelle scolaire versus communautaire : impacts, besoins et disparités de genre chez les jeunes adultes évangéliques en France ». Publiée en mai dernier, cette enquête est le fruit du travail d’André Letzel, ancien pasteur, conseiller conjugal et sexologue, et de Brice Gouvernet, docteur en psychologie et maître de conférence. 

  • Donald Trump, à nouveau « le moindre mal » pour les évangéliques blancs !

    Jeu 04 juillet 2024

    C’est probablement le premier candidat à l’élection présidentielle américaine à être visé par plusieurs procédures judiciaires. Toutefois, Donald Trump recueille à nouveau le suffrage d’une majorité d’évangéliques blancs. Éléments d’explications avec Matthieu Sanders, pasteur baptiste à Paris. Ce Franco-américain est diplômé en sciences politiques et en théologie. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Églises évangéliques.]

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !