«Quelle liberté religieuse pour les chrétiens dans le monde?», une interview de Philippe Fonjallaz, directeur de Portes Ouvertes Suisse

(réd.) mercredi 20 novembre 2019

Dans certaines régions du monde, s’afficher comme chrétien est source de dangers. Certains le paient même de leur vie. C’est ce que rappelle le « Dimanche de l’Eglise persécutée » qui a lieu à différentes dates en novembre suivant les pays, à l’appel de l’Alliance évangélique mondiale.

245 millions. C’est le nombre que Philippe Fonjallaz, directeur de Portes Ouvertes en Suisse, articule quand il parle des chrétiens persécutés dans le monde. « Cela représenterait environ un chrétien sur neuf selon nos études », précise-t-il à Romanel-sur-Lausanne, dans les locaux de l’ONG. A l’occasion du « Dimanche de l’Eglise persécutée », le 17 novembre dernier en Suisse, il a répondu aux questions de Gabrielle Desarzens dans l’émission Babel, sur RTS Espace 2.

-          Qui sont les chrétiens persécutés dans le monde ? Peut-on dresser des catégories ou des raisons de persécutions différentes suivant les pays ou les régions de la planète ?

La persécution est relativement complexe. C’est difficile de la réduire à une cause précise. Mais on distingue en général la persécution « marteau » de la persécution « étau ». La première est violente. On peut citer par exemple en avril dernier les attaques d’églises au Sri-Lanka ou l’assassinat de fidèles et du pasteur dans une province du nord du Burkina Faso. Cette persécution « marteau », c’est aussi des déplacements comme en Irak, où les chrétiens ont dû massivement quitter la plaine de Ninive sous l’intimidation du groupe Etat islamique. C’est encore l’envoi dans des camps de travail comme en Corée du Nord. La persécution « étau », elle, prend des allures d’oppression au quotidien. Elle amène l’exclusion sociale, la discrimination dans l’éducation ou l’emploi. C’est une persécution qui imprègne la vie de certains chrétiens et qui est très pénible à vivre.

-          Quand vous parlez de cette persécution « marteau » ou de cette persécution « étau », j’ai en tête tout de suite la minorité musulmane rohinghia en Birmanie, ou encore les Ouïghours en Chine, Pourquoi mettre en lumière uniquement les chrétiens ?

La minorité chrétienne est une minorité religieuse qui souffre parmi d’autres selon les pays, nous en avons conscience. Notre choix est un parti pris, il faut le dire. Nous sommes une organisation chrétienne et nous pensons qu’il est important de solidariser l’Eglise du monde entier avec la situation difficile que subissent des chrétiens dans certaines régions. Cela répond à un appel biblique dans 1 corinthiens 12:26 où l’apôtre Paul dit que « si un membre du corps souffre, tous les autres membres souffrent avec lui. »

Cela dit, les affaires étrangères en Grande-Bretagne ont publié cet été un rapport sur la persécution, et en particulier sur la persécution des chrétiens, qui nous conforte sur le fait qu’il y a un sujet particulier à thématiser, à rendre public. Dans cette étude, les experts vont même beaucoup plus loin que nous en parlant suivant les pays de « christianophobie », par analogie à l’islamophobie ou à l’antisémitisme. C’est dire que le gouvernement de ce pays prend très au sérieux la situation de minorités chrétiennes dans le monde.

-          Est-ce que sur le terrain, vous vous occupez quand même des autres minorités religieuses ?

Notre accent est avant tout de soutenir l’Eglise locale, les chrétiens, pour qu’ils puissent vivre leur foi malgré les discriminations et les persécutions. Mais dans les faits, les églises sur place, elles, vivent vraiment le message de l’Evangile. Et quand il s’agit d’aider leurs prochains, elles ne vont pas faire la distinction entre des communautés ou entre différentes religions. Si je prends la Syrie, les églises sont source d’espoir et de soutien pour leurs voisins, qu’ils soient chrétiens ou musulmans.

-          Et pour ce « Dimanche de l’Eglise persécutée » en Suisse, vous avez mis la focale sur le Nigéria. Pourquoi ?

La situation du Nigéria est emblématique de tout ce qui se passe dans le sud du Sahara. Nous voulons sensibiliser les personnes en Suisse sur toute la ceinture subsaharienne, sur ce qui se passe au Nigéria, mais aussi au Burkina Faso, au Cameroun, au Mali. Autant de pays où la minorité chrétienne est aujourd’hui sérieusement mise à mal.

(réd.)

Une émission complète à écouter

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !