Un éminent théologien protestant condamné pour pédopornographie

vendredi 26 juin 2020 icon-comments 2

Coup de tonnerre dans le monde protestant académique : un éminent professeur de théologie, enseignant notamment à Strasbourg et Oxford, vient d’être condamné pour pédopornographie. Il était anciennement pasteur.

Considéré comme l’un des meilleurs biblistes au monde, le professeur d’ancien testament Jan Joosten, 61 ans, figure désormais également sur la liste des délinquants sexuels en France. Il a été condamné il y a une semaine par le tribunal de Saverne (Bas-Rhin) à un an de prison. Il a admis qu’en six ans, de 2014 à 2020, il avait téléchargé 28'000 images et vidéos, dont certaines comprenaient des représentations de viols d’enfants par des adultes. « C’était comme un jardin secret, en contradiction avec moi-même », aurait dit le professeur devant le président du tribunal, tout en évoquant une addiction, un engrenage, et confiant être « soulagé » d’avoir été arrêté, selon le quotidien régional français Dernières nouvelles d’Alsace. Ses activités ont été découvertes par une équipe de cybercriminalité. La nouvelle met à mal l’aura de ce professeur charismatique d’ancien testament à la faculté protestante de Strasbourg, et enseignant outre-Manche à la Faculté d’études orientales d’Oxford ainsi qu’au collège Christ Church, où il était titulaire de la prestigieuse chaire d’hébreu.

Séisme

Dans les milieux universitaires qu’il côtoyait, c’est la sidération. Tout le monde savait qu’il avait quatre enfants, qu’il avait été anciennement pasteur en Belgique. Il était en outre connu pour fréquenter une paroisse et avait donc une vie de foi assumée. Il avait de surcroît été nommé par la reine d’Angleterre : il était professeur regius, et avait ce côté « flegmatique, poli, classe », selon Joan Charras Sancho, théologienne féministe qui a été l’une de ses étudiantes à Strasbourg et l’une des premières à donner l’information sur les réseaux sociaux. Twitter et Facebook connaissent actuellement une avalanche de commentaires interloqués.

Pour la théologienne, cette affaire révèle avant tout un gros tabou dans les milieux protestants, « qui pensaient que la pédopornographie était plutôt un problème catholique. » Joan Charras Sancho indique aussi avoir été surprise par des réflexes de protection, alors que plusieurs croyants, pasteurs et théologiens lui ont demandé de ne pas en parler, de ne pas « jeter la première pierre », selon l’expression biblique, jusqu’à excuser Jan Joosten plaidant qu’il n’a « pas touché aux enfants. » Des réserves inacceptables pour la théologienne, qui souligne que toute consommation pédopornographique implique trafic d’enfants et exploitation de la vie d’autrui. Pour elle, il faut nommer les choses. Les dénoncer. Les penser. Les expliquer. Pour pouvoir enfin prévenir de tels comportements.

Gabrielle Desarzens

Une chronique à écouter sur RTS La Première

2 réactions

  • Thomas Salamoni vendredi, 26 juin 2020 11:40

    Ce n'est pas agréable de devoir dénoncer ce genre de comportement - il y a bien d'autres domaines que la sexualité qui posent problème, aussi dans les Eglises - mais je remercie Gabrielle Desarzens, et du même coup Serge Carrel (cf. l'article qui vient de sortir sur lafree.info) - pour le courage de couvrir de tels sujets.

  • Chantal Nicole U vendredi, 26 juin 2020 14:03

    Le Ciel offre à ce "pasteur" une chance de sortir de sa "prison". Dommage qu'il fallût passer par cette case peu agréable. Je trouve peu chrétien de couvrir les délits et crimes sous prétexte de ne pas jeter la première pierre. Trouver des excuses et minimiser la gravité du mal ne font pas partie des méthodes divines de délivrance de l'être humain. C'est assez intéressant de lire ce qu'en dit une certaine Ellen G. White dans "Patriarches et Prophètes" page335-3 , ce chapitre 31 consacré à Nadab et Abihu. Ses réflexions démontrent clairement les conséquences fatales d'une telle philosophie. Sans être fan de cette écrivaine, je trouve pertinent ce qu'elle y déclare. Googlez vous aussi, tout simplement!

Publicité

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Un calendrier de Noël clé en main pour les familles et les Eglises

    Ven 27 novembre 2020

    Vous cherchez un calendrier de l’Avent pour donner du sens à ce temps qui nous sépare de Noël. La Commission enfance de la FREE a pensé à vous ! Elle vous propose une démarche originale à faire en famille. Une idée de Julien Russ, pasteur à Echallens.

  • Côte d'Ivoire: les séminaires «Lomé» donnent naissance à la corporation des acteurs chrétiens de l'audiovisuel

    Ven 27 novembre 2020

    Après Lomé 1 et 2 organisés par Radio Réveil et ses partenaires, les acteurs des médias chrétiens de la Côte d'Ivoire ont compris l'urgence de se mettre ensemble et de cesser d'évoluer en rangs dispersés. Dans cette optique, deux animateurs créent en août 2020 l'Union des journalistes et animateurs chrétiens de Côte d'Ivoire (UJACCI).

  • RDC: «Depuis Lomé 2, on m’appelle ‘Papa Météo’», un article accompagné d'une émission de radio

    Ven 27 novembre 2020

    Du 23 au 27 novembre, une soixantaine de professionnels des médias ont fait le voyage de Lomé au Togo pour une semaine de formation. A l’occasion de cette troisième édition, quelques participants ont témoigné des changements apportés par cette nouvelle dynamique initiée par Radio Réveil (Bevaix). Voici le témoignage d’un président de radio du Congo Kinshasa. Cette contribution écrite est accompagnée d'une émission de radio réalisée par Dodji Juliette Kpessou (Radio Hosanna, Porto-Novo, Bénin) et Benjamin Holl (Radio Vie nouvelle, Douala, Cameroun).

  • Lomé 3 : le Ministre togolais de la Communication invite les journalistes des radios chrétiennes à l'excellence

    Mar 24 novembre 2020

    Le FOMECAF a lancé lundi 23 novembre 2020, la troisième édition de la formation du Forum des médias chrétiens d’Afrique francophone (FOMECAF) à Lomé au Togo. Lors de son allocution à la cérémonie d’ouverture, le ministre togolais de la communication a encouragé les acteurs des médias des radios confessionnelles à viser l’excellence en matière de communication. 

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !