« Jésus est venu habiter un monde en souffrance, en commençant par une étable. »

Sélina Imhoff vendredi 11 décembre 2020

Sélina Imhoff, 36 ans, pasteure à l'Eglise évangélique de Meyrin (FREE), a choisi le mot ÉTABLE pour ce troisième dimanche de l’Avent. Elle y voit le lieu de nos fragilités. A visiter. Absolument.

 

« Entre le bœuf et l’âne gris, dort, dort, dort le petit fils ». Ce vieux chant de Noël nous conduit dans le plus étrange des endroits pour célébrer la Nativité. Alors que nous nous réjouissons de nous retrouver autour d’une table bien garnie, c’est pourtant dans une pauvre étable que se passe l’événement. A y regarder de plus près, cette naissance dérange, questionne, voire bouleverse. Cette histoire vient toucher des points sensibles de l’histoire humaine et peut être aussi de notre histoire personnelle.

Un point de départ

« Marie mit au monde un fils, son premier-né. Elle l'enveloppa de langes et le coucha dans une mangeoire, parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans la salle destinée aux voyageurs. » (Luc 2:7). C’est le point de départ de la vie de Jésus. C’est ici que tout a commencé pour lui sur la terre. Dans une étable avec une mangeoire en guise de berceau. Le récit nous en explique la raison. Il n’y avait pas de place ailleurs. Jésus est né et personne n’a trouvé de place dans le monde pour ce bébé. Pourtant, nous parlons ici d’une naissance royale. Le roi des rois, le Sauveur et Seigneur du monde est né. Celui qui était annoncé, attendu pour sauver le monde est enfin arrivé. Mais pour accueillir ce grand roi, il n’y avait que du petit bétail à bonne distance des humains.

Le lieu de nos fragilités…

L’être humain n’est pas à sa place dans une étable. C’est pourtant là que le Fils de Dieu a vu le jour. Il m’apparaît que le monde était hostile à accueillir la présence de Dieu sous la forme de ce qu’il y a de plus vulnérable. Car sous les traits d’un nourrisson, c’est la force et la fragilité humaine qui pousse ses premiers cris. Mais les cris d’un enfant dérangent. Ils viennent résonner et troubler parfois des choses profondes en nous. Ils viennent réveiller nos failles personnelles, les mettre à la lumière.

Et nous n’aimons pas voir nos failles, car elles sont les marques de nos profondes souffrances. Il est ainsi tellement dur de faire de la place à la fragilité humaine que nous l’éloignons loin de notre vue et de nos pensées. Jusqu’à la placer dans une étable, loin de nous. Mais en faisant cela, c’est une partie de nous-même que nous oublions. Et les odeurs de nos souffrances peuvent nous dégoûter tout comme les odeurs d’une étable. Rappelons-nous pourtant que Dieu, en Jésus, est venu habiter un monde en souffrance, en commençant par une étable.

… à visiter !

Et si le chemin du secours de nos vies commençait là ? Dans cet endroit où nous avons laissé nos souffrances de côtés ? Ce lieu où les cris d’un enfant que personne ne voulait accueillir résonnent ? Du premier au dernier cri de Jésus, nous voyons que son histoire humaine a traversé la souffrance sans jamais la laisser de côté. Pour finalement trouver son soulagement ultime dans la résurrection. La souffrance prendra fin. Le premier cri de l’enfant dans l’étable est venu annoncer cette bonne nouvelle. Il vient répondre à mes premiers cris à moi. Ceux d’un bébé orphelin. Il s’est passé beaucoup de choses dans ma vie depuis. Mais la souffrance originelle est toujours quelque part en moi à crier dans un orphelinat du Sri Lanka. A moi de faire de la place à ma fragilité humaine et à la placer sous le regard de Dieu. Jésus est venu sauver le monde. Et moi avec.

Sélina Imhoff

Publicité
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    En octobre dernier, le verdict du Tribunal constitutionnel polonais rendant l’avortement quasi illégal a provoqué de nouvelles grandes manifestations dans le pays. Pasteur dans la plus ancienne église évangélique de Varsovie, Samuel Skrzypkowski, 31 ans, nous donne son regard sur la crise traversée actuellement par la Pologne sur le sujet.

    jeudi 02 septembre 2021

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

  • Quand culture, genre et foi s’entrechoquent

    Ven 20 mai 2022

    Marie-Noëlle Yoder, 41 ans, est théologienne, thérapeute, éducatrice, pasteure, mère de famille et directrice du département francophone du centre de formation du Bienenberg. En octobre dernier, invitée par une paroisse de l’Eglise évangélique libre de Genève, elle a animé deux rencontres autour du thème : « Questions de genre. Quand culture, genre et foi s’entrechoquent ». Dans la foulée de ces rencontres, elle a accordé une interview à Sandrine Roulet.

  • Découvre les enfants de la Bible 4 : Samuel

    Ven 20 mai 2022

    La lumière de Samuel... Découvre tout cela dans la vidéo !

  • Des aumôniers juifs et musulmans à l’Armée suisse

    Jeu 12 mai 2022

    Les premiers aumônier juifs et musulmans sont intégrés à l’armée suisse dès ce vendredi 13 mai, après une formation de trois semaines. Ils pourraient entrer en fonction cet été déjà.

  • Les motards chrétiens neuchâtelois vous convient sans chichi

    Mar 10 mai 2022

    Samedi 21 mai à Colombier, les motards chrétiens neuchâtelois organisent une « fiesta ». « Pour montrer que nous ne sommes pas tous des grenouilles de bénitier », lance Alexandre Romanens, un des membres de l’association Roc n’road. Explications.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !