Mettre la crise en crise

(réd.) mardi 31 mars 2020

En cette période de confinement, la vie de foi est une ressource qui nous pousse à ne pas nous enfermer « dans le bunker de la peur et de la protection ». C’est notamment ce qu’a dit Panteleimon Giannakopoulos, professeur de psychiatrie à l’Université de Genève qui répondait aux questions de Gabrielle Desarzens dans l’émission Babel du 22 mars dernier.

Quel sens donnons-nous à cette épreuve de confinement ? En période de crise, nous prenons conscience que nos constructions sont fragiles. Ce n’est pas ce que l’on construit qui peut nous porter et nous faire avancer. La crise révèle que nous ne sommes pas maîtres de la vie et de nos vies… On perd le contrôle ! Et cela génère de l’insécurité, de l’angoisse et de la révolte. Difficile de résumer l’entretien de 40 minutes avec le psychiatre Panteleimon Giannakopoulos. Mais alors que le « rester chez soi » s’annonce sur une certaine durée, il peut être utile de retenir quelques lignes maîtresses de sa pensée.

La foi, un fondement

Interpellé sur l’apport de la religion, il estime tout d’abord que celle-ci offre un fondement aux croyants. Elle est une ressource qui pousse l’humain au dialogue. Pour lui, la vie de foi peut nous aider à sortir de l’angoisse nombrilique et des craintes archaïques, de la pulsion qui consiste à « sauver sa peau à tout prix »… La vie spirituelle relève de l’altérité. Et par la rencontre de l’Autre, l’homme de foi évite de se comporter comme « un animal traqué qui lutte pour sa survie ». Autrement dit, la spiritualité ouvre aux humains une autre possibilité d’existence : celle d’une altérité qui nous sort de nos peurs et rend possible d’exister autrement. Elle nous fait sortir de l’alternative : être ou ne pas être contaminé…

La tâche d’être soi

En résumé, la foi, la vie spirituelle nous ouvre à l’autre, comme à Dieu. Encore plus dans les circonstances actuelles, elle nous ouvre à la compréhension du mal-être de l’autre, à son anxiété et suscite des comportements empathiques et solidaires. La foi renvoie enfin l’être humain à la « tâche d’être soi », à l’exercice - que l’on choisit de faire librement - d’être ce que l'on a « à être »… L’essentiel demeure la dimension d’intériorité et la dimension relationnelle, celle des ressources internes, intérieures qui sont à nourrir et celle de la rencontre des autres qui est à cultiver… grâce aujourd’hui au téléphone et aux médias électroniques.

(Réd.)

Une émission complète à écouter

Publicité
  • Le Christ s’est arrêté au Mormont

    Le Christ s’est arrêté au Mormont

    La première « zone à défendre » (ZAD) de Suisse occupe la colline du Mormont, sur les communes vaudoises de La Sarraz et d’Eclépens, pour empêcher l’entreprise de ciment Holcim de s’étendre. Luc Badoux, pasteur du lieu, est allé à la rencontre des militants comme aussi la diacre Lyne Gasser. Un Noël chrétien au Mormont ? Reportage diffusé le 20 décembre 2020 sur RTS La Première.

    vendredi 18 décembre 2020
  • De multiples paroisses responsables

    De multiples paroisses responsables

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

    lundi 02 novembre 2020
  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

    lundi 26 octobre 2020
  • « La persécution est vive… mais nous avons la vie en abondance ! »

    « La persécution est vive… mais nous avons la vie en abondance ! »

    « Quand un Peul se convertit au christianisme, il connaîtra vraisemblablement la violence physique, la privation, le bannissement de sa communauté… mais aussi les trésors de Dieu en termes de pardon, d’amour et de paix. » C’est ce que rapporte Boureima Diallo, pasteur de Jam Tan au Burkina Faso, rencontré lundi 28 septembre dans les locaux de l’ONG Portes Ouvertes à Romanel-sur-Lausanne.

    mardi 29 septembre 2020

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !