« Pâques, c’est le changement ! »

mercredi 08 avril 2020

Pour Noëlle Sennwald, aumônier à la HET-PRO de St-Légier, il nous faut "ressusciter" : « C’est-à-dire changer notre manière de vivre sous le regard de la Résurrection du Christ, qui est venu sur terre pour nous ouvrir les yeux sur notre humanité dysfonctionnelle. Et qu’on puisse aller vers quelque chose de différent ! »

Que peut nous apprendre la crise du Covid-19 et comment vivre Pâques cette année ? Pour Noëlle Sennwald, ancien aumônier hospitalier et membre de l’église La Passerelle à Vevey (FREE), ce week-end pascal est l’occasion pour chacun de s’interroger sur son rythme de vie, sa façon de consommer, son besoin de s’étourdir... et de se recentrer sur l’ETRE et non sur le FAIRE. « Car Pâques, c’est le changement », estime celle qui exerce aujourd’hui son ministère auprès des étudiants de la HET-Pro comme aussi en consultations individuelles.

Qui sont les personnes fragilisées par ce confinement ?

J’observe en fait trois groupes distincts parmi les personnes dont je m'occupe. D’abord chez les 18 à 25 ans, il y a ceux qui trouvent en effet que le confinement devient oppressant dans la durée. Car le côté social est structurant pour eux et ils ne l’ont plus. Pour les 25 à 60 ans, le confinement permet de ralentir la vitesse du temps. Celles et ceux qui flirtaient avec le burnout ne sentent plus ce poids de devoir aller vite et de répondre à toutes les demandes qui les assaillent habituellement. Il y a enfin le groupe des couples et des familles qui se retrouvent à vivre ensemble 24 heures sur 24. Et chacun doit alors apprendre à se réajuster, ou à se rapprocher. Il y a là une chance à saisir de voir l’autre de façon nouvelle, comme une personne à part entière.

Qui s’en sort étonnamment bien ? Et pourquoi ?

Je dirais que mon deuxième groupe, soit les personnes presque en burnout ou en dépression voient que, actuellement, tout le monde est sur le même plan. Ils se sentent sans doute rejoints dans leurs difficultés psychologiques. Le confinement leur donne une tranquillité et une énergie nouvelle. Mais bien sûr, l’inquiétude de la reprise leur fait peur et il faut qu’ils s’arment pour l’avenir.

Quel est pour vous le message de Pâques à faire entendre cette année ?

La Parole de Dieu nous rappelle que la Vérité nous rendra libres (Jean 8,32 ndlr). Je lis actuellement dans ce verset une invitation à réaliser la façon dont nous vivons, avec nos achats compulsifs, nos comportements nocifs en matière d’environnement. Et que l’on puisse changer cela pour nous libérer, nous sentir libres ! Pâques, c’est aussi le voile qui s’est déchiré. J’y vois comme une prise de conscience de ne pas retomber dans des travers qui nous emprisonnent et nous font du mal.

Propos recueillis par Gabrielle Desarzens

Publicité
  • Le Christ s’est arrêté au Mormont

    Le Christ s’est arrêté au Mormont

    La première « zone à défendre » (ZAD) de Suisse occupe la colline du Mormont, sur les communes vaudoises de La Sarraz et d’Eclépens, pour empêcher l’entreprise de ciment Holcim de s’étendre. Luc Badoux, pasteur du lieu, est allé à la rencontre des militants comme aussi la diacre Lyne Gasser. Un Noël chrétien au Mormont ? Reportage diffusé le 20 décembre 2020 sur RTS La Première.

    vendredi 18 décembre 2020
  • De multiples paroisses responsables

    De multiples paroisses responsables

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

    lundi 02 novembre 2020
  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

    lundi 26 octobre 2020
  • « La persécution est vive… mais nous avons la vie en abondance ! »

    « La persécution est vive… mais nous avons la vie en abondance ! »

    « Quand un Peul se convertit au christianisme, il connaîtra vraisemblablement la violence physique, la privation, le bannissement de sa communauté… mais aussi les trésors de Dieu en termes de pardon, d’amour et de paix. » C’est ce que rapporte Boureima Diallo, pasteur de Jam Tan au Burkina Faso, rencontré lundi 28 septembre dans les locaux de l’ONG Portes Ouvertes à Romanel-sur-Lausanne.

    mardi 29 septembre 2020

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !