Denis Morissette : le psychothérapeute qui a découvert la recette du bonheur !

Camille Kursner vendredi 01 mars 2019

Denis Morissette est pasteur et psychothérapeute. De passage en Suisse, ce Québecois dévoile
comment il a maintenu le bonheur selon Dieu, malgré la perte tragique de son épouse et les
circonstances difficiles de la vie.

Pionnier dans la relation d’aide en francophonie depuis 1976, le Québécois Denis Morissette est resté fidèle à sa mission première d’aider et d’inciter des hommes et des femmes à reprendre leur vie en main et à développer leurs capacités afin de tirer le meilleur parti de la vie que Dieu leur offre. Durant son séjour en Suisse pour l’inauguration d’un centre de relation d’aide à Bienne en mars dernier, ce pasteur, psychothérapeute et conférencier très demandé, a développé un propos sur le bonheur.

La première conférence de Jésus était sur le bonheur

Pour Denis Morissette, le thème du bonheur a été l’objet de l’une des premières grandes conférences de Jésus ! Dans le Sermon sur la montagne, il y a exposé les Béatitudes qui sont la recette du bonheur selon Dieu. « Jésus savait que l’une des plus grandes préoccupations du coeur humain n’est pas uniquement la satisfaction des besoins primaires, mais aussi celle de la qualité de la vie intérieure sur le plan émotionnel, psychologique et spirituel », explique Denis Morissette.

Quand Jésus enseignait, il percevait une foule dans le besoin, bien plus qu’une foule avec un ensemble de besoins. Cela émouvait son coeur de compassion. « Au-delà de la diversité des vies et des situations, Jésus voyait la foule comme une seule personne frêle et vulnérable, en quête de bonheur, relève Denis Morissette. Jésus discernait cette recherche en chacun des individus à qui il annonçait l’Evangile et il savait que le seul qui pouvait combler leur vide intérieur était Dieu ! »

Son livre l’aide à sortir du deuil

« En parcourant les rayons d’une grande librairie à Montréal, j’ai pris conscience qu’il existait très peu d’ouvrages chrétiens sur le bonheur », continue Denis Morissette. Suite à la méditation des Béatitudes, ce conférencier publie en 2007 Marcher sur le chemin du bonheur, deux ans avant la mort tragique de son épouse.

« Lorsque j’écrivais ce livre, j’étais loin d’imaginer que j’allais traverser l’un des plus grands drames de ma vie », ajoute-t-il. Foudroyée par une leucémie, son épouse décède rapidement. « J’ai été plongé dans le deuil et la souffrance. Pour me relever, je n’ai pas eu d’autre choix que d’expérimenter l’enseignement de mon livre. »

Le bonheur n’est pas une destination à atteindre !

« Au moment de finaliser ce livre, quelqu’un m’avait proposé le titre Marcher vers le bonheur. J’avais dû le refuser ! Selon la Bible, le bonheur n’est pas une destination à atteindre, mais un cheminement en soi-même, poursuit Denis Morissette. C’est pourquoi, le titre Marcher sur le chemin du bonheur me semblait plus juste. »

Des gens affirment que la vie est pénible et que l’homme n’a aucun pouvoir sur les événements qui lui arrivent. Pour le psychothérapeute, la souffrance est inévitable, mais la misère est optionnelle. « L’homme doit sans cesse essayer d’avancer, de progresser et d’ajuster sa vie pour développer son bonheur. »

Le bonheur selon les Béatitudes

Le livre Marcher sur le chemin du bonheur, inspiré des Béatitudes, explique que le bonheur n’a rien à voir avec ce que l’être humain mérite. Le bonheur ne peut pas être reçu comme un colis postal. En réalité, il se construit et se bâtit sur la durée. Il est le résultat d’un choix et d’un cheminement. « Le cumul des actes qu’une personne pose aujourd’hui l’aidera à réadapter sa vision pour marcher sur le chemin du bonheur demain », complète le pasteur.

Au final, les Béatitudes enseignent que le bonheur provient de la certitude que l’on a d’être au bénéfice de la présence de Dieu. « Cette joie résulte d’un état d’harmonie avec Dieu, avec les autres et avec soi-même. »

  • Encadré 1:

    Denis Morissette sur Theotv

    Denis Morissette a été l’invité de trois émissions diffusées sur Theotv et disponibles sur lafreetv. Heureux ceux qui ont faim et soif de justice et La vie dans la vie, deux émissions Vitamine B animées par Camille Kursner. Marcher sur le chemin du bonheur, une émission Ciel ! Mon info animée par Serge Carrel. Pour voir ces émissions : lafreetv sur youtube.

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !