Israël malmène une délégation chrétienne

mercredi 18 mai 2016 icon-comments 1

Des membres du Conseil œcuménique des Eglises (COE) ont été arrêtés à leur arrivée à Tel Aviv, détenus, puis expulsés. Ils devaient participer en Cisjordanie à une réunion sur le climat. Sophie Dhandjal, déléguée du COE, a témoigné de cet épisode dans l’émission Hautes Fréquences dimanche 15 mai sur RTS La Première. Nathan Chicheportiche de la mission israélienne aux Nations Unies y a également réagi.

Fin avril, des membres du COE devaient participer à une réunion sur le climat près de Bethléem en Cisjordanie. Or plusieurs personnes de la délégation ont subi des interrogatoires longs et agressifs à leur arrivée à l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv. Certains ont même été mis en détention puis refoulés. Durant certains interrogatoires, des douaniers auraient déclaré ne pas aimer le Conseil œcuménique des Eglises et précisé que l’organisation n’était pas une bonne chose pour leur pays, selon Mélisande Schifter, de la Commission pour les affaires internationales du COE.

Deux femmes ont été incarcérées puis expulsées. Lundi 9 mai, son secrétaire général Olav Fykse Tveit a écrit une lettre de protestation à la Mission d’Israël auprès des Nations unies en lui demandant des excuses.

Pour Sophie Dhanjal, 54 ans, assistante administrative au COE et l’une des deux femmes incarcérées, il y aurait eu un quiproquo entre la délégation sur le climat et d’autres membres du COE participant au programme EAPPI (Programme d’accompagnement œcuménique en Palestine et Israël). Ces derniers observent la cohabitation entre Palestiniens et Israéliens, mais témoignent aussi au besoin des violations des droits humains (voir l’encadré ci-dessous).

« Assimilées à un autre programme »

« Une collègue et moi avons été questionnées pour savoir pourquoi nous venions. Quand nous avons dit travailler pour le COE, nous avons tout de suite été assimilées à un autre programme, dit-elle. A la fin, ils ont décidé que nous allions être expulsées. Nous avons dû attendre le prochain vol. Nous nous sommes fait amener dans un centre de détention de l’aéroport. Nous avons dû laisser toutes nos affaires dans un local. Nous avons pu emporter une chose pour la nuit, de la lecture et une brosse à dents. Nous étions arrivées le vendredi soir ; nous sommes parties le lundi midi. » Sophie Dhanjal souligne encore qu’avoir ainsi « été traitée comme une terroriste, une criminelle » a été quelque chose de difficile à vivre. 

Réaction israélienne

Que dit le gouvernement israélien de cette affaire ? Chargé de communication à la Mission d’Israël auprès de l’ONU, Nathan Chicheportiche indique qu’il est ridicule de penser que le COE figure sur une liste noire du gouvernement israélien. « Israël est une démocratie où la liberté d’expression est assurée », souligne-t-il. La réunion sur le climat s’est d’ailleurs tenue et Israël n’a rien contre le COE et laisse opérer les ONG sur son territoire. Mais les personnes qui n’ont pas été autorisées à entrer sur le territoire n’ont, selon lui, pas répondu aux questions des autorités douanières de manière véridique. 

Gabrielle Desarzens

Le dossier actualité de l’émission Hautes Fréquences du 15 mai était consacré à ce sujet.

  • Encadré 1:

    Un programme pacifique mais critique

    Emilie Converset, coordinatrice de l’ONG Peace Watch qui s’occupe de former les délégués de l’EAPPI (Programme d’accompagnement œcuménique en Palestine et Israël) en Suisse romande, explique que ce programme a été  mis en place par le COE en 2002 à la demande des Eglises du Proche-Orient. « Son objectif est d’accompagner les Eglises locales mais aussi les organisations pour la paix, palestiniennes et israéliennes, qui cherchent à mettre un terme à l’occupation des territoires palestiniens de manière non violente », indique-t-elle. 

    Emilie Converset, quels sont les résultats concrets de ce programme ?
    — La présence protectrice de ces internationaux permet de désamorcer des situations difficiles sur le terrain que ce soit dans les checkpoints ou lors d’altercations entre des colons israéliens et des Palestiniens ; cela permet aussi de documenter les agences onusiennes notamment. 
    Les résultats concrets sont surtout dans les retours des personnes et églises accompagnées qui disent que cela leur donner de l’espoir, du soutien. Cette présence internationale constante leur donne le courage de rester dans leur village.

    Quels retours avez-vous de la part des délégués ?
    — Ils sont à la fois positifs en termes de contacts, mais souvent très durs en matière de documentation  des violations des droits de l’homme. A Hébron par exemple, des colons au nombre de 500 environ se sont installés au centre-ville. Pour les protéger, un grand nombre de soldats israéliens sont placés là en permanence. Cela donne une situation très tendue. L’une des tâches des internationaux consiste à accompagner les enfants palestiniens à l’école, car ceux-ci sont souvent harcelés. Un autre exemple: la vallée du Jourdain est sous contrôle administratif et sécuritaire d’Israël. Beaucoup de villages de Bédouins y connaissent actuellement une recrudescence de destructions d’infrastructures qui devrait les pousser à quitter l’endroit pour être replacer ailleurs.

    Est-ce que les rapports entre les colons israéliens et les Palestiniens sont plus tendus qu’auparavant ?
    — Oui, je pense notamment depuis octobre 2015 qui marque les premières attaques au couteau de la part de Palestiniens à l’encontre des Israéliens. Il y a une augmentation des agressions et par conséquent un durcissement de l’armée à l’encontre des Palestiniens. La situation est globalement plus tendue en Cisjordanie. Ce qui a provoqué certainement aussi une augmentation des contrôles aux frontières. Cela dit et comme tout autre Etat, Israël ne voit sans doute pas d’un bon œil les dénonciations des violations des droits de l’homme. Mais je pense que c’est le rôle des Eglises et de la société civile de veiller au bon respect de ces droits.

    Propos recueillis par Gabrielle Desarzens

    Plus d’infos sur le Programme d’accompagnement œcuménique en Palestine et Israël.

1 réaction

  • Vidoudez Pascal vendredi, 20 mai 2016 16:27

    "Israël malmène une délégation chrétienne", étrange que tous les chrétiens qui voyagent à travers le monde et qui sont malmenés par un Etat de droit ne fassent pas l'objet d'un article aussi fourni. Dommage que tous les Etats agissant ainsi ne soient pas décriés.

    Dans le contexte sensible d'Israël et des territoires contestés, il y aurait pourtant plus d'un cas à citer, à Bethleem déjà... Mais chut, silence....

    Une autre question pourrait se poser. Bethleem où se rendaient les participants est un territoire qui depuis les accords intérimaires de 1995 est sous l'entière responsabilité de l'Autorité Palestinienne. Les Juifs ne peuvent pas y entrer car la menace de kidnapping y est présente. Ils feraient alors office de monnaie d'échange pour libérer des prisonniers palestiniens incarcérés en Israël après un délit.
    A Bethleem, il y a encore de nombreuses organisations terroristes, comme celles qui agissaient lors des attentats kamikazes du début des année 2000 dans Jérusalem et en Israël ; ce qui a conduit la population à construire une enceinte de protection. A l’intérieur de Bethleem, de nombreux chrétiens sont persécutés par ces organisations terroristes, un ami pasteur arabe palestinien aurait pu succomber aux blessures infligées… .

    Ainsi donc Bethleem fait partie de la Cisjordanie qui a une large frontière avec la Jordanie. Pourquoi donc est-ce que ces personnes qui organisent une conférence sur un autre territoire ne prennent-elles pas l'avion pour la Jordanie, pays proche ? Est-ce que ce pays serait encore moins complaisant envers ceux qui transitent pour se rendre sur un autre territoire ?

    Mentionnons que certains participants à cette conférence en provenance d’autres pays que la Suisse ont pu être admis. Certes au terme d’un « interrogatoire exceptionnellement long et hargneux », précise la COE.
    D’après les déclarations fournies à la douane, nos deux suissesses ne savaient pas si elles allaient se rendre à Gaza ou dans les Territoires occupés. Elles ont précisé que le programme n’était pas définitif et n’avaient pas même le programme provisoire.
    En n’ayant pas les documents nécessaires sur elles (même provisoire), elles se sont malheureusement misent dans une situation délicate (mieux vaut avoir une invitation sur nous, un programme, le nom d’un hôtel), comme dans beaucoup d’autres pays. La COE aurait dû être attentive à cela dans une situation tendue, puisque le jour d’avant, une délégation participant au programme EAPPI, acronyme anglais du programme œcuménique d’accompagnement en Israël et en Palestine avait été refoulé. Rappelons que l’EAPPI émet des résolutions d’ordre politique et ne se contente pas de nouer des relations harmonieuses entre les nombreuses communautés chrétiennes en Israël et celles dans les territoires sous Autorité Palestinienne.

    Le DFAE pourtant prévient : « si vous envisagez de vous rendre également dans les Territoires palestiniens… , les services israéliens de l’immigration contrôlent minutieusement le motif du séjour… En cas de doute, ils peuvent refuser à l’intéressé l’entrée sur le territoire ».
    Dans cette situation tendue, un minimum d’anticipation aurait évité ces désagréments à nos deux malheureuses suissesses. Dommage que la COE n’ait pas été attentive.

    D’ailleurs, la question ultime que nous pourrions aussi nous poser : Pourquoi est-ce que la COE n’organise pas une conférence sur le climat en Israël plutôt que dans les Territoires palestiniens à Bethleem, à défaut dans un pays neutre ?

    Un cordial shalom

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !