Kurdistan irakien : déplacés à Erbil, les chrétiens de Mossoul goûtent à la réalité de la résurrection, selon le Père Najeeb

Emmanuel Ziehli et Serge Carrel vendredi 18 mars 2016 icon-comments 2

C’est un petit homme pétillant. A la parole et au sourire faciles. Le père Michael Najeeb est né à Mossoul, la Ninive biblique. Il s’occupe aujourd’hui des réfugiés chrétiens qui ont fui à Erbil devant l’avancée de la barbarie de Daech, l'Etat islamique. Rencontré sur place, il dit son espérance à la veille de la semaine de Pâques, après bientôt deux ans de refuge dans le Kurdistan irakien.

Comment est-ce que votre conception de Dieu a été affectée par l’irruption de Daech et sa destruction du patrimoine chrétien, notamment à partir de l’été 2014 ?

Daech a détruit passablement d’églises et de monastères dans la région de Mossoul et la plaine de Ninive. En même temps, si je peux le dire, à cause de Daech, les chrétiens ont tout abandonné. Mais grâce à cette organisation terroriste, ils ont confirmé ne pas avoir perdu leur foi. Nous, chrétiens, avons découvert que nous sommes beaucoup plus forts qu’avant. Plus il y a de persécutions, plus la foi persiste. Même des enfants disent que leur foi est encore plus forte qu’avant leurs épreuves parce que, comme l’or, plus on l’expose au feu, plus elle devient pure.

PICT0198PICT0201
Photos: Emmanuel Ziehli (StopPauvreté)

Vous ne connaissez pas de personnes qui, à cause de ce qu’elles ont enduré de la part des islamistes radicaux, ont perdu la foi ?

En ce qui me concerne, je n’ai pas rencontré ce genre de personnes. Quand Daech a attaqué Mossoul, les islamistes ont forcé les chrétiens à choisir entre partir, se convertir à l’islam ou mourir. Personne parmi les chrétiens ne s’est converti à l’islam. Les chrétiens ont dit qu’ils préféraient tout perdre et ne pas renier leur foi. Quand je dis que les gens sont plus forts qu’auparavant, je ne veux pas dire qu’ils ne souffrent pas… En réalité aujourd’hui, nous sommes encore sur le chemin de Golgotha. C’est une démarche très dure, parce que nous avons tout laissé derrière nous et nous attendons la terre promise. En réalité, cette terre promise n’est pas Ninive, Mossoul, l’Europe ou la Suisse : c’est la Jérusalem céleste ! Si on veut acquérir ce Royaume, cela se passe à l’intérieur de nous-mêmes.

Concrètement, qu’est-ce que ce renouveau intérieur dont vous parlez ?

Il se manifeste par la solidarité. Personne ne pense aux pauvres autant que les pauvres. J’ai rencontré plusieurs familles dans les deux camps dont je suis responsable à Erbil, qui disent qu’elles ont appris à partager et que c’est vraiment ce qui les fait vivre. Il y a des familles auxquelles il ne restait rien. Le peu qu’elles reçoivent des ONG, elles le partagent avec celles qui ont moins encore. Ce sens de la solidarité est donc très important aujourd’hui, tout comme l’espérance. Sans l’espérance d’un lendemain meilleur, nous tombons dans le désespoir et la tristesse. La plupart des gens ici sont traumatisés par ce qu’ils ont vu. Une fille de dix ans à qui l’on demandait ce qu’elle pensait de Daech a répondu qu’effectivement, cette organisation lui avait fait du mal. Les djihadistes lui ont volé ses poupées, ils ont détruit sa maison, mais tous les jours elle prie pour eux. Alors je lui ai demandé : « Comment fais-tu pour prier pour eux ? Ce sont des assassins ! » Elle a répondu : « Je prie pour leur conversion. Pour qu’ils deviennent des êtres humains ! »

C’est extraordinaire, quand on entend cela d’un enfant de 10 ans. Cela nous donne beaucoup de leçons. Sans l’Eglise et les ONG, la situation serait extrêmement difficile. Toutes ces bonnes volontés apportent aux réfugiés de la nourriture, un hébergement et, surtout, de l’aide psychologique pour leur permettre de s’en sortir.

Et là sur quelles difficultés buttez-vous ?

Depuis 2000 ans les chrétiens souffrent en Mésopotamie et aujourd’hui en Irak. Si nous sommes toujours là, c’est grâce à cette persévérance, à cette foi et à cette espérance. On devient malléable et souple. On doit s’incliner parfois, et se réfugier ailleurs. Dieu n’a jamais demandé à quelqu’un de mourir pour une terre. On meurt pour la foi. On meurt pour sauver la vie des autres et non pour un mètre carré. Même si les djihadistes de Daech démolissent nos maisons et nos églises, cela ne fait rien. Nous pouvons aller ailleurs. Nous sommes un peuple qui bouge. C’est pourquoi le fait que Dieu soit présent en nous me fait penser que notre Dieu est « migrateur ». Il bouge avec nous. Lui aussi est un immigré ! Le Dieu qui nous a créés souffre avec nous… C’est le Dieu sur la croix. C’est Jésus que nous vivons, un Christ sur la croix. Mais on attend… On a l’espérance de ressusciter avec lui.

Qu’apporte concrètement la résurrection du Christ dans votre situation de réfugié à Erbil ?

En fait, la résurrection n’est pas un symbole, c’est une réalité. C’est quelque chose de palpable dans notre vie, même si nous nous sentons encore cloués sur une croix et continuons à souffrir. Ressusciter dans notre contexte signifie : rester vivant avec Dieu et avec les hommes. Le Christ, quand il s’est relevé d’entre les morts, il n’est pas ressuscité pour lui-même, mais pour dire que Dieu est toujours vivant et que l’homme doit rester toujours vivant.

PICT0210PICT0211
Photos: Emmanuel Ziehli (StopPauvreté)

Vous voyez donc des signes de résurrection parmi la population que vous servez ?

Oui ! Par les sourires. Au travers des églises pleines à craquer le dimanche. Quand les gens dansent et chantent ensemble… Dans l’un des deux camps dont je m’occupe, le camp « Al Karma », la « Vigne », la soixantaine de familles qui y résident se retrouvent tous les soirs à 22h dans les couloirs de l’immeuble ou dans les escaliers, sans que je le leur aie demandé, pour prier ensemble. Ils lisent un texte d’Evangile. Ils méditent, prient et chantent. Puis chacun retourne dans sa petite chambre très pauvre pour se reposer en paix. Pour moi, c’est un signe extraordinaire qu’ils n’ont pas perdu leur foi. Quand ils vivent ensemble, beaucoup d’entre eux voient le bon côté des choses et le fait qu’ils ont pu apprendre à se connaître beaucoup plus et devenir une grande famille. La vie n’est pas rose tous les jours, mais les points positifs, c’est cela la résurrection !

Est-ce que la véritable résurrection ne serait pas pour vous le fait de retrouver Qaraqosh ou Mossoul ?

Oui, j’ai entendu cela de beaucoup de gens qui disent : « Nous prions tous les jours pour que notre vœu soit exaucé de célébrer Pâques chez nous. » C’est leur désir, mais ils savent très bien que le retour n’est pas pour demain. Quelques endroits habités par les Yézidis, la ville de Sinjar par exemple, ont été libérés voilà une année par les Peshmergas (les forces armées du Kurdistan irakien), mais la ville est détruite et les maisons piégées. Il y a des bombes et des grenades un peu partout. Il n’est pas sûr que les gens puissent rentrer chez eux, s’il n’y a pas une protection internationale et une préparation préalable importante.

Le dimanche de Pâques, cela fera presque deux ans que vous avez quitté vos terres, qu’allez-vous prêcher aux gens que vous aurez en face de vous lors des célébrations ?

Durant la nuit de Pâques, nous allons aborder le thème de la lumière et du feu qui purifie. La Résurrection, c’est connaître la réalité de la transformation. Nous sommes des êtres de chair, nous avons peur, nous sommes très faibles dans notre corps, parfois nous doutons ! Mais nous pouvons connaître la réalité de la Résurrection. L’homme est appelé à partager la vie du Ressuscité, à donner sens à sa vie en n’ayant plus peur des ténèbres, du tombeau et du linceul… Nous sommes des vivants. Marie Madeleine, à ce titre-là, est un exemple extraordinaire. C’était un être mort, mais, par la rencontre de Jésus, elle est devenue une ressuscitée, et c’est pour cette raison qu’elle a été le premier témoin de la Résurrection selon l’Evangile de Jean. Elle est devenue apôtre des apôtres ! Nous, les chrétiens d’Orient, nous vivons de cette foi pour rester des hommes et des femmes ressuscités, debout.

Propos recueillis par Emmanuel Ziehli (StopPauvreté) et Serge Carrel (lafree.ch)

Photos: Emmanuel Ziehli (StopPauvreté)

2 réactions

  • Coulet Luc-André samedi, 19 mars 2016 20:59

    Seigneur, augmente-nous la foi et garde-nous humble devant Toi.
    Merci Serge et Emmanuel

  • Bidaux Jean-Marc dimanche, 27 mars 2016 09:25

    Merci Emmanuel pour ces récits de rencontres. Ces frères et soeurs nous montrent le chemin.

Publicité

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Pour aller plus loin face à la crise écologique

    Ven 16 avril 2021

    Les éditions Je Sème de la FREE viennent de rééditer un « classique » de la réflexion biblique et théologique évangélique en lien avec la crise écologique que nous traversons. Le livre de Dave Bookless « Dieu, l’écologie et moi », à nouveau disponible, est l'occasion de présenter quelques contributions marquantes, personnelles et livresques, autour de ce thème en lien avec les milieux évangéliques. Il y a de quoi lire, écouter et voir!

  • « Tu seras un homme, mon fils ! »

    Jeu 15 avril 2021

    Des soirées ou des virées entre hommes : la formule fait de plus en plus parler d’elle, notamment dans les sphères confessionnelles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, membre de l’église CityLife à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018. Gabrielle Desarzens s’est invitée à la dernière et en fait l’objet d’un reportage pour Hautes Fréquences dimanche 18 avril à 19h sur RTS La Première.

  • FREE COLLEGE le 29 mai 2021 : « Des personnes homosexuelles dans l’Eglise » (date confirmée)

    Jeu 15 avril 2021

    La question de l’accompagnement des personnes homosexuelles dans les Eglises évangéliques fait débat dans l’espace public et dans les Eglises elles-mêmes. Au vu des indications de la Confédération tombées cette semaine, c'est bien le 29 mai prochain que le FREE COLLEGE, la formation d’adultes de la FREE, abordera ce thème. Proposition : se mettre à l’écoute de ce que la Bible dit, mais aussi de témoins qui, ces dernières années, ont cheminé en lien avec des pasteurs et des accompagnants évangéliques. Cette session a été remise à plus tard deux fois à cause des contraintes liées au covid-19.

  • Et si votre Eglise était« mosaïque »

    Ven 09 avril 2021

    Dans un livre intitulé « Mission Mosaikkirche » (« Mission Eglises mosaïques »), le pasteur Stephen Beck relate ses expériences dans des Eglises bien implantées dans leur culture, mais largement ouvertes aux migrants et aux étrangers, ainsi qu’à leurs cultures respectives. Un enrichissement pour nos Eglises !

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !