Le christianisme, concurrent du communisme en Chine

jeudi 09 mai 2019

En avril 1989, les manifestations de la place Tian’anmen à Pékin ont été sévèrement réprimées. Trente ans après, le contrôle et la répression de la religion connaît un resserrement généralisé en Chine, où la force des chrétiens reste pourtant impressionnante. Deux émissions radio récemment diffusées sur les ondes de la RTS en rendent compte, avec notament l'intervention de William Frei, ancien consul de Suisse à Shangaï, et de sa femme, Joëlle Marie.

Rendez-vous est pris dans un café genevois. Le regard souriant derrière ses lunettes, Monsieur Ming (prénom d’emprunt) tourne la cuillère dans son thé et explique être venu en Suisse en 2015 alors qu’il travaillait pour des ONG. « Pendant mon séjour en Suisse, mon église de Guiyang, capitale de la province du Guizhou, a été détruite. Plusieurs de ses membres ont été arrêtés. Mes proches et des pasteurs m’ont alors conseillé de ne pas rentrer, car comme diacre de ma communauté, j’aurais certainement été incarcéré. » Monsieur Ming appartient à une communauté évangélique « basée sur la Parole de Dieu », dit-il. Une de ces églises dites clandestines, non enregistrées par le gouvernement. Au moment de sa destruction, elle ne comptait pas moins de 700 membres. Créée en 2009, elle a pourtant démarré avec 22 personnes. Une augmentation typique de ces communautés. « Car pour les Chinois, aujourd’hui, être chrétien, c’est être moderne », souligne en observateur avisé William Frei, ancien consul de Suisse à Shangaï. « Et les chrétiens font preuve d’une force, d’une fraîcheur, d’une spontanéité impressionnantes ! »

Les évangéliques en première ligne

Cela dit, les évangéliques sont les plus menacés en Chine actuellement par la répression gouvernementale. « Parce que ce sont ceux qui ont le plus grand nombre de conversions et une visibilité très importante, indique William Frei. Par exemple à Wenzhou, qu’on appelle la Jérusalem chinoise, ville portuaire de 4 millions d’habitants, vous aviez des croix partout, beaucoup plus que de drapeaux chinois. Et ça a donné la guerre des croix : sur une année, plus de 1500 d’entre elles ont été démolies, comme aussi des églises, et des personnes ont fini en prison. » Mais les évangéliques sont aussi en première ligne parce que parfois, derrière eux, il y a la présence d’agences américaines, souligne le diplomate. Et cette ingérence étrangère n’est pas du tout tolérée par les Chinois.

Concurrence à l’idéologie communiste

Pékin a d’ailleurs mis en place ce début d’année tout un arsenal pour encourager la dénonciation de « lieux de rassemblement secrets et d’activités missionnaires », selon le magazine Bitter Winter. « Les autorités te persécutent, parce qu’elles considèrent le christianisme comme une concurrence au communisme », explique Monsieur Ming. Plusieurs ont fermé à Beijing. Comme aussi la plus vieille église de maison de Guangzhou, dans le sud du pays, ou encore, juste avant Noël, la plus grande et la plus influente communauté de Chengdu. « A chaque fois, beaucoup de personnes sont arrêtées. Et quand on est mis en prison, on peut y rester longtemps. Le pasteur de mon église, par exemple, arrêté en 2015, y est resté trois ans. Quand il a été relâché, il était en très mauvaise santé. »

Les chrétiens mais aussi les musulmans ouïghours du Xinjiang sont sévèrement réprimés. « Ce dont le parti a le plus peur, c’est de l’insécurité, commente William Frei. Les empereurs ont toujours été destitués par des révoltes populaires. Donc le contrôle de la population est essentiel. » Pour Tobias Brandner, pasteur zurichois, professeur de théologie à l’Université de Hong Kong où il réside depuis plus de 20 ans, les églises se présentent néanmoins aujourd’hui comme une force communautaire et spirituelle qui parvient mieux à répondre aux attentes et besoins des Chinois que l’idéologie du parti.

Gabrielle Desarzens

Une émission Babel sur RTS Espace 2: "La Chine dresse une muraille autour des religions"

Une émission Hautes Fréquences sur RTS La Première: "La religion dans le viseur de Beijing"

Publicité
  • Le Christ s’est arrêté au Mormont

    Le Christ s’est arrêté au Mormont

    La première « zone à défendre » (ZAD) de Suisse occupe la colline du Mormont, sur les communes vaudoises de La Sarraz et d’Eclépens, pour empêcher l’entreprise de ciment Holcim de s’étendre. Luc Badoux, pasteur du lieu, est allé à la rencontre des militants comme aussi la diacre Lyne Gasser. Un Noël chrétien au Mormont ? Reportage diffusé le 20 décembre 2020 sur RTS La Première.

    vendredi 18 décembre 2020
  • De multiples paroisses responsables

    De multiples paroisses responsables

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

    lundi 02 novembre 2020
  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

    lundi 26 octobre 2020
  • « La persécution est vive… mais nous avons la vie en abondance ! »

    « La persécution est vive… mais nous avons la vie en abondance ! »

    « Quand un Peul se convertit au christianisme, il connaîtra vraisemblablement la violence physique, la privation, le bannissement de sa communauté… mais aussi les trésors de Dieu en termes de pardon, d’amour et de paix. » C’est ce que rapporte Boureima Diallo, pasteur de Jam Tan au Burkina Faso, rencontré lundi 28 septembre dans les locaux de l’ONG Portes Ouvertes à Romanel-sur-Lausanne.

    mardi 29 septembre 2020

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !