Liban : le mariage des enfants dans le collimateur de Catherine Mourtada

jeudi 23 août 2018

C’est l’une des conséquences de la crise syrienne : toujours plus de jeunes réfugiées se font marier à 12 ou 13 ans. Le fléau concerne aussi des Libanaises issues de milieux défavorisés. Dans le quartier sud de Beyrouth, à Hey L’Gharby, Catherine Mourtada se bat pour l’éducation et la formation de ces adolescentes. Une émission à écouter dimanche 26 août sur RTS La Première.

Le centre d’éducation et de santé Tahaddi  de Catherine Mourtada se dévoile derrière un lourd portail coulissant bleu clair. Les habitations du quartier qui l’abrite n’ont souvent ni électricité ni eau courante. Plusieurs familles syriennes ont trouvé refuge dans ces ruelles poussièreuses. « Les jeunes filles qui se marient de manière précoce sont souvent issues de milieux défavorisés, explique Catherine Mourtada, une enseignante vaudoise installée depuis plus de 20 ans au Liban. Les parents ont de la peine à trouver du travail et à avoir assez d’argent pour nourrir leurs enfants. Une fille qui se marie c’est ainsi une bouche de moins à nourrir. Les réfugiés qui se trouvent dans un pays étranger ont aussi une peur plus grande qu’il arrive quelque chose à la jeune fille : qu’elle soit enlevée, ou qu’elle tombe amoureuse d’un jeune homme que la famille n’aurait pas choisi. »

Traumatisme

Avec la crise syrienne, le nombre de ces mariages d’enfants a beaucoup augmenté. Selon une dernière étude menée en 2017, on a assisté à une hausse de 9% de ces mariages parmi les jeunes Syriennes réfugiées au Liban depuis le début de la guerre, mais aussi de 1,4% parmi les Libanaises. Dans l’enceinte de Tahaddi, Fadia, 38 ans, explique avoir eu 5 garçons depuis son mariage célébré à 13 ans. Elle confie ne pas avoir su ce qui l’attendait le jour de ses noces, non sans ajouter son intention de se battre pour qu’aucun de ses fils ne se marie de façon précoce. « Il y a peu, une jeune femme de 22 ans, mère d’une enfant de 8 ans, est venue me raconter que le jour de son mariage, alors qu’elle avait 13 ans, on l’a amenée chez le coiffeur sans rien lui dire, raconte encore Catherine Mourtada. Elle était contente d’être bien habillée. Puis un de ses oncles est venu vers elle et l’a embrassée. Ses parents lui ont dit qu’elle devait partir avec lui, qu’elle allait devenir sa femme. Cela a été un traumatisme horrible. Ces mariages sont très rarement satisfaisants. Les filles doivent arrêter l’école. Elles ne peuvent pas se former professionnellement. Beaucoup de femmes qui participent à nos cours d’alphabétisation, d’informatique ou de couture réalisent un rêve : celui d’acquérir des compétences qui leur permettront par la suite de gagner de l’argent, d’être financièrement indépendantes. » L’émission Hautes Fréquence de dimanche 26 août, à 19h sur RTS La Première, donne la parole à Catherine Mourtada ainsi qu’à divers acteurs concernés par la problématique.

Gabrielle Desarzens

 

Publicité
  • «L’amour d’un Père prodigieux» par Paul Hemes

    «L’amour d’un Père prodigieux» par Paul Hemes

    La parabole du fils prodigue est en fait la parabole du Père formidable. Celui-ci aime, accueille, sauve et adopte de manière extraordinaire. Un article paru dans Vivre de septembre octobre 2018.

    vendredi 15 février 2019
  • « Noël donne du sens aux circonstances de nos vies ! »

    « Noël donne du sens aux circonstances de nos vies ! »

    Trois personnes différentes, trois époques différentes, trois circonstances différentes. Et pourtant, c’est la même question qui surgit dans les cœurs. Cette question  touche au sens de Noël ; et quand on touche au sens de Noël, on touche au sens de nos vies. Bonne lecture du conte de Gilles Geiser, pasteur à l’église évangélique de Châble-Croix (FREE) d’Aigle !

    jeudi 20 décembre 2018
  • « La véritable histoire de Noël »

    « La véritable histoire de Noël »

    Le début de l’hiver, c’est le début des veillées autour du feu. On s’est longtemps rassemblé au même endroit pour économiser l’huile et le bois, un moment propice pour se raconter des histoires. Philippe Henchoz, pasteur de l’église évangélique de Meyrin (FREE) vous propose ce conte pour votre veillée de Noël.

    jeudi 20 décembre 2018
  • Célébrer Noël... à quoi bon ?

    Célébrer Noël... à quoi bon ?

    Au-delà des cadeaux, des guirlandes et du sapin, il y a à Noël cette aspiration à une trêve intérieure. C’est du moins ce que pense le théologien et écrivain belge Gabriel Ringlet. Il sera l’invité dimanche 23 décembre à 11h de l’émission Babel, sur RTS Espace 2.

    mercredi 19 décembre 2018

eglisesfree.ch

  • Rencontre générale de la FREE : entre vision et moyens limités

    Ven 12 avril 2019

    Lors de sa dernière Rencontre générale, le 6 avril 2019, la FREE a montré le visage d’une fédération traçant son chemin entre ambitions spirituelles et moyens limités. Comme dit le proverbe : « Ne me donne ni pauvreté ni richesse ; accorde-moi seulement ce qui m'est nécessaire pour vivre, car dans l'abondance, je pourrais te renier et dire : ‘Qui est l'Eternel ?` Ou bien, pressé par la misère, je pourrais me mettre à voler et déshonorer ainsi mon Dieu » (Pr 30.8-9).

  • Commission Asie

    Jeu 11 avril 2019

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Afrique-Moyen Orient et Europe), la commission Asie a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Asie.

  • Offrande de printemps 2019: 3 projets à soutenir!

    Jeu 04 avril 2019

    Pour la deuxième année, et à la suite des 10 ans de la FREE, nous proposons aux membres des Eglises de la fédération une offrande de printemps destinée à soutenir plusieurs projets porteurs. Cette année, nous avons choisi des projets qui – chacun à leur manière – encouragent au témoignage de l’amour de Dieu envers notre prochain. En route pour un petit tour d’horizon…

  • Conférence et table ronde sur le discipulat durant la Rencontre générale du 6 avril à Bienne

    Jeu 21 mars 2019

    Samedi 6 avril, la FREE lance une formule améliorée lors de sa Rencontre générale de printemps. A côté du temps habituel d’assemblée générale – nous ne manquerons pas la traditionnelle présentation des comptes, c’est de saison – le Bureau de la Rencontre générale vous invite à un temps de conférence puis de table-ronde interactive autour d’une thématique contemporaine avec des acteurs et spécialistes du domaine: le discipulat. Un temps inspirant et participatif auquel est convié un large public de nos Eglises et au-delà, dès 14h à l’Eglise évangélique des Ecluses à Bienne. Bienvenue !

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !