Un chant chrétien rallie les manifestants à Hong Kong

lundi 24 juin 2019

« Chante Alléluia au Seigneur » : cet hymne résonne dans les rues de Hong Kong. Les manifestants l’utilisent en effet ces jours comme un cri de ralliement.

De nombreuses vidéos en font état sur internet et les réseaux sociaux : les manifestants chantent « Sing Hallelujah to the Lord » - Chante Alléluia au Seigneur - face aux forces de l’ordre. Ce « cri de ralliement » étonnant à première vue est en fait tout-à-fait pragmatique : prétextant des « émeutes », les forces de l’ordre ont sévi contre des Hongkongais qui scandaient des slogans politiques ; or les réunions de prière chrétiennes, elles, même spontanées, sont légales sur cette île indépendante du sud-est de la Chine. Autrement dit : elles ne sont pas comprises dans la définition des rassemblements que le gouvernement pourrait interdire.

Une façon de militer en faveur de la liberté d’expression

Mais ce choix d’un chant chrétien est aussi lié au fait que les habitants de Hong Kong identifient le christianisme à des valeurs positives, comme la liberté d’expression. Il s’explique enfin tout bonnement par le fait que beaucoup de manifestants sont chrétiens, puisqu’ils représentent 10% de la population de ce territoire ; et ces croyants s’inquiètent d’un rapprochement avec la Chine, où le président Xi Jinping mène une véritable répression à l’égard des religions.

Les Eglises dans la rue

Il faut dire que les Eglises s’impliquent fortement dans le mouvement de protestation : leurs responsables ont appelé les fidèles à se joindre aux manifestations. Parmi eux, citons le cardinal Joseph Zen, salésien et évêque émérite de Hong Kong depuis 2009, connu pour ses positions contre le régime de Pékin ; ou le pasteur baptiste Chu Yiu-Ming qui, selon le site du journal La Vie, avait déjà participé à un mouvement pour le droit de vote en 2017, et qui fait partie des leaders religieux connus qui manifestent aujourd’hui quotidiennement.

Cantique universel

« Chante Alléluia au Seigneur » est un hymne d’origine protestante écrit dans les années 70 en Californie par une dénommée Linda Stassen, qui faisait partie du mouvement hippie évangélique les Jesus people. Depuis, il est repris largement par de nombreuses communautés tant protestantes que catholiques dans plusieurs langues. Constitué d’une seule phrase, il n’est actuellement à Hong-Kong pas qu’une émotion, mais a ceci d’universel qu’il exprime donc un désir de liberté et de paix, quelles que soient les croyances de chacun.

Gabrielle Desarzens

Une chronique à écouter sur RTS.religion.ch

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !