Vallorbe : Yvette Bourgeois quitte la présidence d’ARAVOH

mercredi 13 janvier 2016

Elle a participé à la naissance de l’Association auprès des requérants d’asile de Vallorbe œcuménique et humanitaire (ARAVOH) il y a 15 ans. Après 7 ans de présidence, Yvette Bourgeois, membre de l'Eglise évangélique La Rencontre à Vallorbe, quitte une structure d’accueil qui s’appuie aujourd’hui sur une centaine de bénévoles sur trois sites.

« On a ouvert ARAVOH en novembre 2000, mais on avait commencé notre travail d’accueil une année auparavant. Le déclic ? C’est quand les autorités ont décidé le transfert du Centre d’enregistrement et de procédure (CEP) fédéral de Genève à Vallorbe : on a d’abord cru que c’était une blague... Puis on a ouvert cette structure pour être d’une part une porte ouverte aux requérants, et d’autre part une aide aux Vallorbiers : il fallait qu’ils acceptent que leur ville allait changer. » Yvette Bourgeois, 75 ans, membre de l'Eglise évangélique de Vallorbe (FREE), rappelle que les demandeurs d’asile étaient à l’époque considérés comme des choses, « avec un toit, un lit, une assiette par tête de pipe. Le côté humain n’était pas très présent ». Et que dans une petite ville où tout le monde se connaissait ou presque, la présence constante de nouvelles têtes sur les bancs publics n’allait pas être facile à vivre.

Dans des portakabins

Installée à ses débuts dans les locaux de la gare voyageurs, l’association a déménagé en 2011 dans des portakabins situés du côté des trains marchandises. « Il y a eu une année charnière, 2008, commente l’ancienne présidente. Une motion a alors été déposée pour ‘restituer’ la gare aux voyageurs, ce qui a occasionné toutes sortes de discussions entre nous, bénévoles, et le syndic. De fil en aiguille et après une visite de notre part au Château à Lausanne (le siège du gouvernement cantonal), on a commencé à travailler étroitement avec les autorités de la ville dans un esprit de reconnaissance réciproque », se félicite-t-elle.

Trois sites

D’une quinzaine de bénévoles à ses débuts, l’association en compte désormais une centaine, qui se répartissent aujourd’hui sur trois sites. Il y a toujours du personnel ARAVOH sur le quai numéro un de la gare de Vallorbe, mais aussi une permanence assurée par des bénévoles chaque matin à Lausanne, la capitale du canton de Vaud, pour aider les demandeurs d’asile à prendre la bonne correspondance pour leur lieu d’attribution. Et, enfin, des volontaires ont pris leur quartier dans une cabane au lieu-dit Les Rochats (VD), au-dessus de Concise, où une ancienne caserne militaire permet de désengorger le CEP de Vallorbe.

Enlever son « étiquette de chrétienne »

Avec les années, plusieurs ateliers et activités ont éclos. Comme des visites culturelles une fois par semaine, des activités pour enfants, des ateliers bijoux, un café internet tous les après-midis... Yvette peut partir tranquille : la structure s’est bien développée et fonctionne de façon optimale. « Une chose est sûre, glisse-t-elle encore : je m’étais dit au tout début que si je ne me joignais pas à l’équipe, je pouvais enlever mon étiquette de chrétienne ! »

Gabrielle Desarzens

  • Encadré 1:

    ARAVOH : un spectacle pour ses 15 ans

    Des bénévoles d’ARAVOH ont monté un spectacle pour les 15 ans de la structure, avec l’aide et sous la direction du metteur en scène Cyril Maillefer. Des anecdotes tissent la trame de « Quai no 1 », la représentation qui se donne les 12, 13 et 14 février au Théâtre du Vide-Poche à Lausanne, le 3 mars au Cinéma de Sainte-Croix, le 18 mars au CICEROC à Chavornay, le 16 avril à Vallorbe, le 11 novembre aux Bioux.

    Infos : www.aravoh.ch.

  • Encadré 2:

    Un extrait du spectacle « Quai no 1 »

    « On me tape dans le dos, je me retourne et je vois une femme africaine enceinte avec un sac en bandouillère.

    — Where is it here ?
    — At the station.
    — Where is it here ?
    — Vallorbe’s station.
    — Where is Vallorbe ?
    — In Switzerland…
    — Netherland ?
    — No, Vallorbe in Switzerland !

    Je comprends que la femme devant moi ne sait pas du tout où elle est ! Elle ne connaît même pas l’existence de la Suisse. Elle attend depuis six heures l’homme qui l’a déposée dans la forêt, au-dessus du village. Il lui a demandé de l’attendre sur place pendant qu’il irait travailler à son bureau et rapporterait un peu de nourriture… Les heures passent. Elle ne le voit pas revenir. Elle s’inquiète, descend au village, s’adresse à une personne, puis à un policier. Tous les deux se retirent prétextant ne pas savoir l’anglais ! Elle arrive à la gare, il est huit heures du soir. Elle ne sait ni où elle est, ni où elle pourrait passer la nuit, ni qu’il y a un centre pour requérants à deux pas.

    Elle se met à pleurer. Il a gardé toutes ses affaires dans sa voiture, sa valise, son ordinateur, son argent, l’enjoignant de ne pas se charger puisqu’il allait revenir ! Reshane, un sac sur l’épaule, est devant moi, désemparée ! On lui a tout pris. Elle est enceinte ! Son mari, Erythréen aussi, l’a laissée partir du Caire, où ils ont séjourné plusieurs années, à cause de la naissance proche. Quand il aura trouvé assez d’argent, il la rejoindra… Rendez-vous en Europe ! Nous échangeons nos noms. Nous nous embrassons, puis nous nous quittons. Elle va au centre... elle viendra demain à notre accueil. »

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • La médisance, une habitude nocive

    Mar 28 mai 2024

    Dire du mal ou se moquer des autres, c'est facile et croustillant. Mais la médisance crée une atmosphère toxique et mine profondément les relations. Ce texte de Jean-René Moret, théologien, physicien EPFL et pasteur à l’Église évangélique de Cologny, est paru dans le quotidien 24H, le 18 mai dernier.

  • Élections en Inde : le sort des chrétiens est en jeu

    Ven 24 mai 2024

    En Inde, la minorité chrétienne prie et jeûne en masse pour le résultat des élections du pays. Si le parti de Narendra Modi est élu pour un troisième mandat, la liberté démocratique et religieuse pourrait être anéantie. Portes Ouvertes appelle les chrétiens à la prière.

  • La FREE et la HET-PRO signent une convention de partenariat

    Ven 24 mai 2024

    Le 16 mai dernier, la FREE et la Haute école de théologie (HET-PRO) de Saint-Légier ont signé une convention de partenariat. Celle-ci entérine une collaboration qui s’est déjà développée durant de nombreuses années et décrit son futur. Cette signature intervient dans un contexte où les vocations pastorales se font rares.

  • Dignity: « L’objectif, c’est que ce documentaire soit une impulsion de vie »

    Jeu 23 mai 2024

    Il y a de l'espoir pour les victimes d'abus sexuels et un processus de restauration est possible. C'est ce message que porte le film-documentaire "Dignity, revivre après une violence sexuelle", qui sera projeté en avant-première le 8 juin prochain au cinéma Pathé Flon à Lausanne dès 18h15 (sur inscription: www.dignity.ch). Rencontre avec Margarita Fugger-Heesen (photo), productrice et réalisatrice du documentaire, co-réalisé avec Estelle Romano.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !