Dominique et Elsbeth Fontaine : inoxydables !

mercredi 16 septembre 2015

Depuis 37 ans, Dominique et Elsbeth Fontaine chantent la présence et l'action de Dieu au milieu des luttes de la vie. Portrait.

Dominique et Elsbeth Fontaine, la soixantaine à peine entamée, reviennent d'une tournée en Côte d'Ivoire. Ils ont enchaîné une douzaine de concerts, accompagnés de conférences à propos des toxicomanies et des dépendances. « S'il nous est arrivé une fois de chanter pour 500 spectateurs, nous avons généralement eu des auditoires de 1000 à 3000 personnes, s'étonne le musicien et pasteur dans l’Eglise évangélique de Réveil de Lausanne. Et les spectateurs participaient en chantant avec nous. » Son épouse partage cet étonnement : « Je ne savais pas que tant d'Africains francophones nous connaissent. En fait, ils connaissent nos disques depuis nos débuts. »

Dominique et Elsbeth ont commencé leur « carrière » musicale, en compagnie d'Eduardo et Ursula Cino, avec une première cassette audio intitulée Dieu veut t'aider. « C'était il y a 37 ans... une idée de mon beau-frère Eduardo, se souvient Dominique. On ne pensait produire qu'un seul album. » Elsbeth ajoute : « Et à cette époque, il était difficile de trouver de bons musiciens chrétiens. Nous avons donc décidé de nous faire accompagner par des musiciens professionnels, sans liens particuliers avec la foi chrétienne. »

A partir du deuxième album, le groupe a pris le nom de Jude 25, afin de rappeler la gloire de Dieu. Il a d'abord rassemblé deux couples, puis deux familles, puis Dominique et Elsbeth en duo. Et ceux-ci viennent de sortir un quatorzième album intitulé Je crois en toi.

Un message précieux

Au fil des enregistrements, le groupe Jude 25 a continué de collaborer avec des musiciens professionnels. « Les musiciens qui nous accompagnent jouent également pour Céline Dion, Garou et d'autres, précise Elsbeth. C'est ainsi que j'ai eu l'occasion de transmettre l'un de nos CDs à la maman de Céline Dion. » « Et cela nous a également permis de nouer une longue amitié avec Alain Morisod », ajoute Dominique.

Jude 25, c'est de la variété française avec des excursions dans d'autres styles comme le blues ou la country. Mais le texte prime sur la musique. Dominique Fontaine, qui est l'auteur d'une bonne partie des chants, explique : « Lorsque je compose, je trouve plus facilement la musique que les paroles. Souvent, il me faut des semaines pour dénicher le bon mot ou la bonne rime. La musique est l'écrin d'un message précieux, celui de l'Evangile. »

Certains trouvent parfois Jude 25 quelque peu démodé. « Mais beaucoup de gens sont touchés de voir qu'on dure, souligne Dominique. Et de jeunes musiciens chrétiens viennent nous voir à cause de cela. De toute manière, il ne faudrait pas oublier que notre génération est celle des enfants du rock ! » Le pasteur et son épouse préparent une tournée qui, à la fin de cette année, les conduira en Normandie et en Bretagne.

Le dernier album Je crois en toi, le livre Quand le verre vire au rouge.

  • Encadré 1:

    Pasteur et musicien, cela se sent

    « Je suis pasteur et musicien. Lors des concerts, plusieurs me disent que cela se sent », explique Dominique Fontaine. Et l'un des soucis pastoraux du musicien est que la musique accompagne véritablement les chrétiens dans leur vie pratique. Il milite donc pour une plus grande diversité de chants dans les Eglises.

    « La louange est devenue un truc pour demander à Dieu de nous rejoindre, alors même qu'il vit déjà en nous, constate Dominique Fontaine. Nous planons, nous récitons nos ‘mantras’ et nous cherchons à ressentir quelque chose que nous nommons présence de Dieu. Mais nous avons aussi besoin de chants de proclamation en lien avec l’œuvre de Dieu et la vie chrétienne, ses joies, ses difficultés, ses exaucements et ses combats. »

    Elsbeth abonde : « Dans les moments difficiles de la vie, le chant est comme une prière et un message fortifiant. On a cru que la louange suffisait, on découvre que ce n'est pas tout à fait le cas ».

Publicité

eglisesfree.ch

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

  • Rencontre générale: vers un nouveau modèle de financement de la FREE

    Mer 18 décembre 2019

    La Rencontre générale de la FREE, dans sa nouvelle formule, a en bonne partie été consacrée à la présentation d’un nouveau modèle de financement. Quant au thème de réflexion de la journée, il était consacré aux bâtiments d’Eglises, leurs caractéristiques « missionnelles » ou non.

  • Inondations au sud du Laos: le riz vient à manquer dans certains villages

    Jeu 05 décembre 2019

    Les inondations du début du mois de septembre dernier dans les six provinces du sud Laos sont passées inaperçues pour la majorité des Européens. Trois mois après, les cicatrices laissées par cette catastrophe restent profondes.

  • Soutenez l'Action de Noël 2019 au Sénégal et en France

    Jeu 05 décembre 2019

    Vous pouvez soutenir ces deux projets et obtenir des informations supplémentaires à leur sujet sur les sites internet www.eglisesfree.ch et www.sme-suisse.org.

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !