« L’accueil de l’étranger est source de bénédictions »

vendredi 05 juillet 2019

La Fédération des Eglises protestantes d’Italie (FCEI) œuvre depuis 3 ans en faveur de couloirs humanitaires de Beyrouth jusqu’à Rome. Pour son Président Luca Maria Negro, par ailleurs pasteur baptiste, l’accueil de l’étranger est source de bénédictions. C’est ce qu’il a dit au début de ce mois à la Chambre des députés. Il s’en explique dans ses bureaux de Rome.

Luca Maria Negro est un pasteur baptiste engagé, au verbe clair. « Il faut se souvenir que l’opération des couloirs humanitaires a été initiée à Lampedusa par nos collaborateurs qui voyaient arriver dans le port des migrants sauvés du naufrage, mais aussi des morts dans des sacs noirs », indique-t-il d'entrée dans son bureau de la capitale italienne. Pour éviter les drames à répétition dans la Méditerranée, l’idée d’un pont aérien a germé et un premier contrat pour le passage de 1'000 personnes sur 2 ans a été signé en décembre 2015 entre la FCEI, l’Eglise vaudoise et la communauté catholique Sant’Egidio d’une part, et le gouvernement italien d’autre part. Principale pourvoyeuse de fonds de l’initiative, l’Église vaudoise – membre de la FCEI – fait notamment bénéficier cette opération du « Huit pour mille », cette part de l’impôt sur le revenu que les Italiens peuvent faire affecter à la confession religieuse de leur choix. Alors qu’elle ne compte que 30’000 fidèles, cette Eglise reçoit ainsi la contribution de plus de 600’000 Italiens. « Mais cette contribution ne suffit pas pour financer l’entier du projet et toutes les aides, comme récemment celle de la Fédération d’églises évangéliques (FREE) de CHF 40'000.-, sont plus que bienvenues, lance Federica Brizi, responsable de l’accueil des migrants au sein de la fédération italienne ; c’est grâce à ces soutiens d’autres Eglises en Europe que nous pouvons continuer. »

Pour les plus vulnérables

3829ac86 9231 4894 b4d1 5113da3d869dCes couloirs humanitaires profitent aux migrants les plus vulnérables, par exemple aux femmes seules avec ou sans enfants, aux accidentés de la guerre. Parmi les membres du premier vol, Diya, 14 ans, a perdu une jambe lors d’une explosion alors qu’il jouait au ballon avec des amis dans la ville de Homs, en Syrie. « Je ne me souviens de rien. Je me suis réveillé à l’hôpital », dit-il assis sur le canapé de l’appartement qu’il habite aujourd’hui dans la ville de Pomezia, au sud de Rome. Sa prothèse lui fait mal. Il se débrouille avec ses béquilles et va d’ailleurs retrouver des copains du quartier. « Mon rêve ? Etre orthopédiste », glisse-t-il en souriant juste avant de fermer la porte d’entrée. Son père, diabétique et souffrant d’une maladie cardiaque, est alité. Un de ses frères fait une brève apparition. Il a une maladie neurodégénérative, l’ataxie de Friedreich, explique la collaboratrice de la FCEI en charge de cette famille.

« Philoxenia » et « xenophobia »

Au début du mois, Luca Maria Negro s’est rendu à la Chambre des députés, la chambre basse du parlement italien, avec tous les acteurs de ces couloirs pour plaider en faveur de cette solution et pour que des visas humanitaires soient proposés à grande échelle en Europe. « Il faudrait que 50'000 migrants puissent quitter la Libye au plus vite », estime-t-il. A cette occasion, sa fibre pastorale a transpiré, et il a parlé de « philoxenia » qui, selon lui, est un grand principe d’amitié et d’amour pour l’étranger dans la Bible. Dans les locaux de la FCEI, il raconte : « Comprenez : dans Genèse déjà, au chapitre 18, Abraham reçoit trois personnes sous sa tente sans demander qui ils sont. Et la bienvenue qu’il leur manifeste sera source de bénédiction puisque ceux qui se révèleront être des anges lui annonceront la naissance d’un fils. C’est pour moi un récit clé ! Puis, au chapitre 19, ces trois personnages se rendent ensuite à Sodome, où ils ne seront pas reçus, où ils seront l’objet de xénophobie. Une attitude source de malédiction, puisque cette ville sera détruite. Je crois vraiment que pour le chrétien, aujourd’hui, la « philoxenia » doit être au centre de sa foi. C’est d’ailleurs redit dans Hébreu 13 :2, quand il est écrit « N'oubliez pas l'hospitalité; car, en l'exerçant, quelques-uns ont logé des anges, sans le savoir. »... »

« Bienvenue »

Sur deux étages de la via Firenze, au cœur de Rome, les différents collaborateurs de la FCEI s’activent. « Le mot « Bienvenue », est le premier mot que j’adresse aux migrants qui arrivent à Fiumicino », explique Federica Brizi, toujours présente à l’aéroport italien pour les quelque 6 voyages par an organisés depuis le Liban. A ce jour, 1600 personnes environ ont profité des couloirs humanitaires initiés par la fédération protestante et Sant’Egidio.

Gabrielle Desarzens

La FCEI comprend 8 familles d’églises : l’Eglise vaudoise (la plus ancienne Eglise protestante italienne), l’Eglise méthodiste, l’Union baptiste, les Luthériens, L’Armée du salut, l’Eglise apostolique, l’Eglise d’Ecosse en Italie et les Eglises dites libres.

Une vidéo:

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Le Valais, en voie d’interdire les « thérapies de conversion »

    Ven 21 juin 2024

    Après Neuchâtel, c’est au tour du Valais de légiférer sur une interdiction des « thérapies de conversion » visant à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. D’autres cantons suivent cette même voie. Quelles conséquences pour nos pratiques d’Eglises ? Le point avec Stéphane Klopfenstein, du Réseau évangélique suisse (RES-SEA).

  • Trois nouveaux capitaines aumôniers issus de la FREE

    Jeu 20 juin 2024

    Trois capitaines aumôniers issus de la FREE ont été nommés le 14 juin dernier à Soleure. Tous les trois ont la conviction qu’un témoin du Christ doit être disponible, à l’écoute, capable de servir son prochain, y compris auprès des militaires.

  • FREE COLLEGE fondements 24-25: deux anciens étudiants détaillent leur parcours

    Mer 19 juin 2024

    Fin août, le FREE COLLEGE relance la formation interactive « Fondements ». Au programme du premier module (2024-2025) : histoire de l’Église, Bible et Ancien Testament. Une occasion de mieux s’équiper dans son service à l’Église ou, tout simplement, de renforcer les fondements de sa foi évangélique. Témoignages de Melissa Feuz et Christian Haller.

  • Droit de mourir, dangereuse liberté

    Mar 18 juin 2024

    La fin de vie est souvent difficile, avec selon les cas d’importantes souffrances ou divers types de démence qui peuvent donner à la personne comme à ses proches l’impression qu’elle se perd. Vaut-il alors mieux hâter la fin, avoir la possibilité de décider de mettre un terme à son existence ? Ce courrier des lecteurs du pasteur Jean-René Moret, de l'Eglise évangélique de Cologny (FREE), est d'abord paru le 12 juin dans la Tribune de Genève.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !