Suisse romande: l’aumônerie hospitalière a atteint ses limites

vendredi 20 mai 2016

Confiée traditionnellement aux Eglises catholique et protestante reconnues de droit public, l’aumônerie hospitalière telle qu’elle est pratiquée en Suisse a fait son temps. C’est le constat qu’ont tiré les participants à un colloque organisé mardi 18 mai à Fribourg.

Les institutions hospitalières sont toujours plus confrontées à la pluralité religieuse et spirituelle qui caractérise la population. En effet, les religions établies reculent, d’autres croyances émergent et les « sans-religion » augmentent fortement dans le paysage religieux suisse. 

Le but du colloque a été d’une part de souligner que les soignants prennent toujours plus compte de la spiritualité comme une ressource pour la guérison du patient ; et d’autre part d’échanger avec les communautés non reconnues de droit public, comme par exemple l’Armée du salut ou les musulmans, qui sont pourtant très actifs dans l’assistance spirituelle. 

Intégrer et professionnaliser les différents acteurs

Actuellement, toutes les communautés religieuses peuvent avoir accès à leurs adeptes hospitalisés. L’hôpital ne peut pas refuser purement et simplement la visite d’aumôniers externes, a indiqué René Pahud de Mortanges de l’Université de Fribourg. L’accompagnement spirituel est un élément protégé de la liberté religieuse. Mais pour Irène Becci, sociologue à l’Institut de sciences sociales des religions contemporaines de l’Université de Lausanne, il s’agirait maintenant d’intégrer ces différents acteurs dans les équipes et de les professionnaliser. 

Meilleure collaboration préconisée

Car la méconnaissance peut créer des confusions. Un prêtre hindou a par exemple témoigné lors de ce colloque avoir été appelé la nuit au chevet d’un jeune Tamoul… qui s’est révélé au final être de religion catholique. Selon Irène Becci, il est nécessaire aujourd’hui que les aumôniers et les soignants collaborent mieux ; qu’ils comprennent mieux les différentes religions, spiritualités et cultures pour le bien-être des patients ; et que l’on forme partout en Suisse de futurs aumôniers dans l’optique d’une diversité religieuse et spirituelle, comme cela se fait déjà dans certains cantons, comme par exemple au CHUV à Lausanne.

Le colloque était organisé à l’Université de Fribourg par le Centre suisse islam et société (CSIS) et l’Institut des droits des religions, avec le concours de l’Institut de sciences sociales des religions contemporaines de l’Université de Lausanne. Il a réuni plus d’une centaine de personnes. 

Gabrielle Desarzens

Une chronique de RTSreligion  à écouter ici.

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !