Une participante aux JO de Turin propose du sport aux résidents de Béthel

vendredi 27 janvier 2017

La Maison d’accueil Béthel à Blonay se développe. De plus en plus de personnes sont accueillies dans cette oeuvre sociale de la Fondation Praz-Soleil. En 2016, deux engagements de nouveaux collaborateurs témoignent de cette vitalité. Portrait de Sandrine Ray, coach sportive bien connue dans le milieu évangélique.

« A Béthel, le sport me permet de rencontrer les gens et de les rejoindre. » Sandrine Ray travaille deux après-midi par semaine dans la Maison Béthel à Blonay depuis début juillet. Cette hockeyeuse, qui a fait partie de l’équipe suisse aux Jeux olympiques de Turin en 2006, nous reçoit dans les sous-sols de la Maison d’accueil, gants de boxe aux poings. Face à un punchingball, elle détaille ce qu’elle propose aux résidents de Béthel : « La boxe leur permet de travailler beaucoup de choses : la coordination, la gestion des émotions, la confiance en soi, la maîtrise de soi… Alors bien entendu que je ne vais pas faire de ces gens des boxeurs, mais ce sport permet vraiment de travailler sur soi. »

Un stage qui conduit à un job

En février 2016, Sandrine Ray débute un stage de quelques mois à Béthel dans le cadre de sa formation d’aumônier sportif. Le stage se passe pour le mieux et Katia de la Baume, la directrice, décide de l’engager à 20%. Depuis l’été, Sandrine propose du Nordic Walking, des jeux de coordination et d’équilibre et, suivant les saisons, une série d’activités au nombre desquelles : des balades en raquettes, du badminton ou du speedminton. « Les résidents sont très réceptifs à ces activités sportives, explique-t-elle. A partir du moment où c’est une activité nouvelle et que la personne y trouve du plaisir, elle va en retirer quelque chose de positif. »

En 2009, à la fin de sa carrière de sportive de haut niveau, Sandrine Ray décide de se former pour devenir aumônier sportif. Elle poursuit son activité de gestionnaire de fortune à temps partiel et s’inscrit à l’Institut biblique Emmaüs pour une formation biblique de base sur trois ans, qui conduit à l’obtention du diplôme. Elle poursuit ensuite une formation en mentoring sportif dans le cadre d’une association suisse alémanique qui s’appelle SRS (Des sportifs appellent des sportifs). Actuellement, elle continue à se former sur la question des abus avec l’association Feracpa. L’été dernier, elle connaît un aboutissement dans son parcours d’aumônier. Elle se rend à Rio pour les Jeux paralympiques, afin d’y exercer son ministère d’aumônier sportif.

Le sport favorise de belles rencontres

« Travailler à Béthel, détaille-t-elle, c’est allier tout ce que j’aime. Avec les résidents, j’utilise le sport comme moyen d’aider au développement de la personne. C’est un outil extraordinaire pour rejoindre les personnes au-delà des cultures et des langues, mais aussi au-delà des souffrances psychiques. C’est une manière de favoriser de belles rencontres ! »

  • Encadré 1:

    Une assistante sociale pour créer son poste

    IMG 0599Pour faire face à l’augmentation des problèmes sociaux des résidents de la Maison Béthel, une assistante sociale retraitée a été engagée. Son but : faciliter la suite du parcours des personnes accueillies.

    « On est venu me chercher. J’aurais pu dire non ! » Marie Poulain a 65 ans. 40 d’engagement en tant qu’assistante sociale en Suisse romande, notamment dans des institutions qui s’occupent de personnes dépendantes.

    Elle aurait pu couler une retraite paisible, mais, fin 2015, Katia de la Baume, la directrice de la Maison Béthel, la sollicite. Ces deux femmes se connaissent. Marie Poulain accepte de relever le défi : voir en quoi une assistante sociale amène quelque chose de positif aux personnes en fragilité psychique qui séjournent à Béthel. Cette assistante sociale chevronnée commence son mandat à temps partiel en janvier de l’an dernier.

    « Avec les infirmières, nous avons mis en place une collaboration, explique-t-elle. Je vois tous les résidents au moins une fois lorsqu’ils séjournent à Béthel. Il s’agit d’abord d’évaluer leur situation, puis d’essayer de faire en sorte qu’au moment de leur sortie leurs soucis soient atténués. »

    Béthel gagne en importance

    Certains résidents, Marie Poulain ne les rencontre qu’une fois. Ils ne connaissent pas de problèmes sociaux conséquents. Pour d’autres, les problèmes sociaux sont là. Certains n’ont plus d’appartements, et il faudrait leur trouver un appartement protégé. D’autres ne touchent plus le RI (revenu d’insertion), il s’agit de leur permettre de le toucher à nouveau. D’autres ont rompu leurs relations avec une assistante sociale, il importe de retisser des liens…

    « Béthel a pris une place importante dans le réseau de soins vaudois, relève Marie Poulain. Cette maison est de plus en plus connue des professionnels. Son rôle de passerelle entre l’hôpital et la maison, ou l’hôpital et un appartement protégé, est apprécié. » Par ailleurs, parmi les personnes accueillies à Béthel, de plus en plus connaissent des problèmes de dépendance. Ce qui exige un suivi social plus important.

    « Mon engagement à Béthel me permet de glisser tranquillement dans la retraite, conclut Marie Poulain. Je m’y étais préparée, mais l’idée de participer à la création d’un poste m’a intéressée. Cela permet de mettre encore une fois ma trousse à outils d’assistante sociale au service de plusieurs. » 

     

     

  • Encadré 2:

    Béthel étoffe son personnel pour mieux accompagner ses résidents

    « Depuis trois ans que je travaille dans la Maison Béthel, aucune année n’a été pareille ! » constate Katia de la Baume. Cette infirmière, au bénéfice d’une formation HEC, dresse un bilan très positif de son année 2016. « Nous sommes parvenus à augmenter le taux d’occupation de la maison. Il a atteint 87%, ce qui éloigne de nous les soucis financiers. »

    De plus, au vu de l’évolution du profil des résidents et des difficultés sociales de plus en plus importantes de certains, Katia de la Baume a décidé d’étoffer l’offre de la maison d’accueil, en engageant à temps partiel une assistante sociale et une coach sportive, notamment.

Serge Carrel

Serge Carrel est au bénéfice d’une formation double: théologique et journalistique. Après dix ans de pastorat en France et en Suisse romande, il a travaillé huit ans comme journaliste aux émissions religieuses de la RTS. Aujourd’hui formateur d’adultes et journaliste en lien avec la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE), il essaie de tirer le meilleur parti de ce double ancrage. Que ce soit dans le cadre du FREE COLLEGE, de lafree.ch, de Vivre ou de la fenêtre chrétienne de MaxTV.

Formation reçue

Master en théologie (UNIL, 1986)
Centre romand de formation des journalistes (RP, 1996)

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

LAFREE.INFO

  • Enquête StopPauvreté : ce que pensent les chrétiennes et les chrétiens de la justice sociale et de la durabilité

    Ven 12 avril 2024

    La conférence « Foi. Climat. Espérance. », organisée le 6 avril 2024 par StopPauvreté, a permis de découvrir les résultats d’une grande enquête à propos de l’attitude des chrétiennes et des chrétiens face à l’écologie et à la durabilité. Il en ressort que ceux-ci sont plutôt bien informés, qu’ils savent ce qu’ils devraient faire, et qu’ils le font… mollement.

  • Harcèlement scolaire: une Eglise d'Yverdon organise un spectacle pour sensibiliser et prévenir

    Jeu 11 avril 2024

    Désireuse de sensibiliser à la problématique du harcèlement scolaire, l'Eglise adventiste d'Yverdon-les-Bains a invité le spectacle musical «Par le Moi» pour une représentation dans un théâtre de la ville, le 24 mars. Créée par l'artiste Sonia Grimm et Steve Alban Tineo, cette pièce qui allie théâtre et musique propose aux enfants et jeunes des clés pour s'affirmer et se prémunir face au harcèlement. Une soixantaine de spectateurs, dont beaucoup de familles, avaient fait le déplacement.

  • Cours Just People (2) : la justice, une question relationnelle

    Ven 05 avril 2024

    La deuxième rencontre du cours « Just People » a été consacrée à la justice, selon la Bible. Le théologien Michaël Gonin a montré comment la justice n’est pas qu’une question juridique. Elle est également un engagement en faveur des humains et de la nature.

  • Baptêmes dans le lac: Le recours de l'Eglise évangélique de Cologny rejeté par le TF

    Ven 05 avril 2024

     La décision est tombée le 23 mars. Le recours de l’Eglise évangélique de Cologny contre l’interdiction de baptême dans le lac Léman a été rejeté par le Tribunal Fédéral. S’il reconnaît le droit de célébrer des baptêmes sur le domaine public, il accepte que l’autorisation de le faire soit conditionnée aux exigences du canton de Genève. Clarifications avec Jean-René Moret, pasteur de cette Eglise rattachée à la FREE.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !